Samedi 14 septembre, la rédemption est double à Dortmund : d’abord le BVB s’était rassuré en étrillant Leverkusen 4-0 deux semaines après le désastre d’Union Berlin. Et en soirée, le parc domanial de Fredenbaum réussissait parfaitement sa Lichterfest, deux semaines après le ratage monumental du Westfalenpark.

Le 31 août dernier, deux polémiques ont agité Dortmund : la première, c’est bien sûr la défaite pas franchement attendue de notre BVB à Köpenick contre le néo-promu Union Berlin. La seconde est sans doute passée bien plus inaperçue des fans de football mais elle a également agité la ville pendant plusieurs jours. En effet, alors que son équipe de foot sombrait dans la capitale, Dortmund organisait une Lichterfest au Westfalenpark. Une Lichterfest, c’est une soirée d’illuminations dans un parc qui se termine par un gigantesque feu d’artifice, une Fête des Lumières, il s’en organise plusieurs par année à Dortmund et elles attirent toujours un nombreux public.

Orage                     

Or, le 31 août, pendant que son équipe prenait le foudre, au figuré car le temps était magnifique, à Berlin, la ville de Dortmund était menacée par un orage, un vrai celui-là. C’est un peu dangereux quand des milliers de personnes sont réunies sous les arbres en attendant un feu d’artifice. La décision avait donc été prise d’évacuer le parc avant même de lancer les feux. Mais l’ordre d’évacuation n’a pas été compris ou pas été suivi par une partie de la foule, si bien qu’à l’heure du feu d’artifice bon nombre de spectateurs se trouvait toujours dans le parc. Et comme l’orage redouté avait finalement décidé d’épargner Dortmund, les organisateurs ont décidé de quand même lancer le feu artifice. Pour le plus grand bonheur de ceux qui n’avait pas respecté l’ordre d’évacuation mais à la colère de ceux qui avaient suivi les consignes et qui ont donc été privés du clou de la soirée. Et ce d’autant plus que l’entrée était payante… Cela a déclenché toute une polémique dans la presse locale qui a – presque – éclipsé les critiques sur la prestation du Borussia à Köpenick.

La rédemption

Deux semaines plus tard, Dortmund retrouvait son BVB pour le match contre Leverkusen l’après-midi et, en soirée, une nouvelle Lichterfest était organisée, cette fois-ci au parc de Fredenbaum. Tous étaient donc attendus pour corriger la très mauvaise impression laissée quinze jours auparavant, les joueurs du Borussia comme les organisateurs de la Lichterfest. Les premiers à réussir leur rédemption ont été les joueurs du BVB avec la victoire 4-0 contre Vizekusen. C’était ensuite au tour de la Lichterfest de Fredenbaumpark. A Fredenbaum, nous nous trouvons dans les quartiers populaires de la ville, au nord de l’Innenstadt-Nord et du Nordmarkt, à proximité du Hafen (le port). Contrairement au Westfalenstapark, situé au sud de la ville, près du stade, dans les quartiers plutôt aisés et résidentiels de Dortmund. La configuration des lieux s’en ressent : à la place des jardins très entretenus et soignés du Westfalenspark, Fredenbaum présente une nature plus sauvage et moins arrangée. Le prix d’entrée est également fixé en conséquence : alors que l’accès au Westfalenpark (et à ses Lichterfest) est payante, elle est gratuite à Fredenbaum (sauf pour le marché de Noël médiéval en décembre que nous t’avons déjà présenté). Mais, entrée gratuite ou pas, il fallait réussir sa rédemption, deux semaines après le ratage monumental du Westfalenpark. Heureusement, ce soir-là à Fredenbaum, il n’y avait pas d’orage à l’horizon, juste un temps magnifique de fin d’été.

Fredenbaum

Le parc de Fredenbaum s’étend sur 63 hectares. Outre ses forêts et ses deux plans d’eau, le parc accueille terrains de football et de beach-volley, un Rosengarten (jardin des roses), des tables de ping-pong, des places de jeux pour enfants, des places de grillades, un minigolf et des scènes pour les concerts. C’est l’un des poumons verts du nord de la ville, à proximité du très industrialisé quartier de Hafen. Pour cette Lichterfest, l’endroit est pris d’assaut avant même le coucher du soleil. Dortmund fonctionne comme cela : quand son BVB gagne, c’est toute une ville qui est joyeuse et qui a envie de fêter, même ceux qui n’étaient pas au match. Les maillots ne sont pas légion mais tu ressens toujours une atmosphère différente en ville après une victoire ou une défaite, Dortmund vit vraiment pour et par son équipe de football. Et donc, ce soir-là, après une victoire 4-0, l’ambiance était forcément joyeuse et festive.

La foule

Et cette fois-ci, pas de couac. Comme le BVB face à Leverkusen, les organisateurs de la Lichterfest ont réussi leur rédemption. Ils ont même été un peu dépassés par leur succès : l’affluence est telle que de longues files se forment devant chaque stand de nourriture. Heureusement, il y avait moins d’attente pour commander les bières, les bars avaient été prévus en suffisance, et nous avons pu prolonger un peu l’apéro en attendant de pouvoir nous sustenter sans prendre racine (ce qui n’eût pas été si insolite dans un parc) dans une file d’attente. Pour patienter en attendant la nuit et le feu d’artifice, des concerts sont organisés, notamment celui de Jo-Marie Dominiak, interprète favorite des chants du Borussia. A mesure que la nuit tombe, les allées boisées de Fredenbaum s’illuminent grâce à différents jeux de lumière placés dans la végétation.

Feuerwerk

Mais finalement, la plus belle illumination de la soirée, c’est peut-être la pleine lune qui se lève au-dessus des frondaisons des arbres et se reflète dans le lac recouvert de lentilles d’eau.

Peu à peu, le public se masse autour du lac au-dessus duquel va être tiré le feu d’artifice, les accès au bord plan d’eau deviennent compliqués. Mais nous parvenons à nous frayer un chemin et à prendre position, avec un stock de bières évidemment pour tenir la petite demi-heure que doit durer le feu d’artifice.

Puis, alors que la musique commence, les premières détonations se font entendre et les feux s’enchaînent à Fredenbaum.

Comme pour fêter la victoire du BVB. Cette fois-ci, pas de couac, pas d’orage, juste la féerie d’une ville qui, ce jour-là, était heureuse de se réunir et de fêter. C’est toujours sympa, Dortmund qui gagne !

 


0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *