La théorie, c’est bien, la pratique, c’est encore mieux ! Après mes longues élucubrations sur l’importance du Biergarten dans la Fankultur allemande, voici la liste (non-exhaustive) des meilleurs Biergarten du Westfalenstadion, des stades de Bundesliga et quelques bonnes adresses dans les séries inférieures. Tous garantis testés personnellement (et généralement plus d’une fois…). Histoire de voyager intelligent outre-Rhin.

Ainsi donc, un match de Bundesliga débute bien avant le coup d’envoi. Autour du stade, c’est environ trois heures avant le début de la rencontre que les choses commencent à s’animer et l’ambiance à monter. Au Westfalenstadion du moins, ce n’est pas toujours aussi festif dans tous les stades. Pourtant, les fans ne commencent à rentrer dans le stade guère plus de 90 minutes à 75 minutes avant l’heure du match pour les fans en Südtribüne et 60 à 45 minutes pour les autres. Auparavant, cela ne sert à rien : il ne se passe pas grand-chose, l’ambiance commence vraiment à monter dès l’entrée des gardiens pour l’échauffement, soit environ 35 minutes avant le coup d’envoi. C’est dire que les deux heures précédant l’entrée au stade sont consacrées au sacro-saint Biergarten. Et par tous les temps, même si évidemment c’est plus sympathique lorsqu’il fait beau et chaud. Mais on a eu vu des Biergarten combles par moins 16° ou sous une pluie battante : il y a des traditions plus importantes à respecter que quelques malheureuses gouttes de pluie ou l’une ou l’autre engelure.

***** Westfalenstadion

Sans chauvinisme aucun, le Westfalenstadion est actuellement le mieux pourvu en Biergarten des 18 stades de Bundesliga de cette saison 2019-2020. Ce qui évidemment ne gâte rien à notre plaisir d’assister toutes les deux semaines à un match dans le plus beau stade du monde. Au Westfalenstadion, nous avons l’embarras du choix et la Biergartenrunde demeure le prélude incontournable de chaque match du BVB à domicile. Voici la liste des principaux Biergarten de notre Tempel der Glückseligkeit.

Strobels

Situé dans l’angle nord-est du stade, là où se trouvait l’ancien Fanshop, jusqu’en 2016, dans l’August-Lenz-Hause, le Strobels est le plus célèbre Biergarten du Westfalenstadion. Composé d’une partie pub et d’un Biergarten, c’est le seul à offrir des écrans pour voir les autres matchs de la journée joués avant celui du BVB, la Konferenz de Bundesliga pour un match à 18h30 ou de Zweite Liga pour un match à 15h30. Il s’était également rendu célèbre pour organiser des Meisterparty dans les grandes années. Mais, de par sa renommée et sa position à proximité du Fanwelt, c’est aussi le Biergarten le plus touristique. Les bières y sont plus petites (0,4 contre 0,5 l) et plus chères qu’ailleurs et parfois servie dans des gobelets indiquant le nombre de calories contenues dans une bière… Pour ne rien arranger, l’entrée est contrôlée par des gardiens aux mines patibulaires peu conciliants, si bien que parfois une file plus ou moins longue se forme devant l’entrée. Même si c’est toujours sympas de brailler avec la foule en voyant Schalke encaisser un but, j’ai depuis longtemps rayé, sauf en de rares occasions, le Strobels de ma Biergartenrunde. Pour info, le Strobels est nommé ainsi non pas parce qu’il se situe sur la Strobelallee mais en hommage à Hans Strobel, l’architecte qui a construit le Kampfbahn Rote Erde, la piscine qui se trouve à son extrémité et la première Westfalenhalle.

Rote Erde

Situé dans le prolongement du Strobels, le Rote Erde est situé juste à côté de notre ancien stade, sur lequel il offre une vue plongeante, avec la façade est du Westfalenstadion en arrière-plan.

L’entrée se fait en passant sous les vieilles arches en pierre qui marquait jadis l’entrée du vénérable Kampfbahn Rote Erde (et le marque encore pour les matchs de nos U23).

Deux tonnelles au centre, des saucisses dans les côtés, des tables en bois et de la végétation, c’est un vrai Biergarten bien authentique.

De par sa position au nord-est du stade, il est également fréquenté par les fans de l’équipe visiteuse, généralement en toute convivialité.

Ici, la bière est servie dans des gobelets de 0,5 l, le Jägermeister et autres shots sont également de la partie, bref un endroit très sympathique, à recommander. Et toujours une petite bouffée de nostalgies en regardant ces vieux gradins qui accueillirent jadis jusqu’à 40’000 fans et où le BVB a réalisé les premiers grands exploits de son Histoire.

Bergmann

La Bergmann Brauerei est l’une des rares brasseries dortmundoises qui n’est pas passée sous la coupe du groupe Radeberger et dont la bière n’est pas brassée dans l’Innenstadt-Nord, comme le sont la Brinkhoff’s, la DAB, la Hansa, la Hövels, la Kronen, la Stifts, l’Union etc… Bergmann possède sa propre brasserie, avec une Trinkhalle, à Phoenix-West, en face du stade, de l’autre côté de la route B54 qui permet d’accéder au centre-ville depuis la sortie d’autoroute Dortmund-Süd. Le Biergarten Bergmann est situé dans les jardins du Westfalenstadion, les Rosenterrassen (terrasses des roses) soit juste à côté de la Westfalenhalle, en-dessous de l’autre U.

Tu ne peux pas la rater si tu arrives au stade par l’arrêt de U-Bahn Westfalenhalle. La devise de la Bergmann est « harte Arbeit, ehrlicher Lohn », un dur travail, un salaire mérité. Idéal pour débuter le dur travail d’une tournée des Biegarten avant la récompense méritée d’une place au stade.

Tennis-Club Flora

On passe aux Biergarten du côté sud du stade. Le Biergarten du Tennis-Club Flora est situé au sud-est du Westfalenstadion : il est un peu caché, il faut connaître pour le trouver. Pour ce faire, tu dois t’éloigner du stade en direction du Westfalenpark, depuis le Biergarten Freibad puis obliquer à gauche pour tomber dessus, derrière la boucle de l’arrêt de U-Bahn Stadion. De par sa position un peu excentrée, il y règne généralement une ambiance assez sympathique, entre habitués. Seul bémol : comme au Strobels, la bière est plus petite et plus chère.

Freibad Volkspark

On a gardé le meilleur pour la fin : la Freibad. Située avant le couloir qui permet d’accéder à l’entrée Süd du Westfalenstadion, au bout de l’allée qui mène du nord au sud du stade, la Freibad est, en temps normal et comme son nom l’indique, une piscine. Une vieille piscine non couverte, avec ses vestiaires en béton et ses antiques plongeoirs un peu décatis, populaire mais la plus belle piscine du monde : c’est la seule qui offre une vue sur la colossale façade extérieure de la Südtribüne et les structures arachnéennes jaunes de notre temple.

Mais les jours de match, bassins, plongeoirs et prairies sont fermés, la Freibad se transforme en Biergarten. La dernière halte – obligée – avant de pénétrer dans le saint des saints pour tous les fans munis de billets en Süd, Südost, Südwest, Ost ou West. Et même certains secteurs Nord. Ici, les maillots de l’équipe visiteuse sont très rares.

En revanche, c’est le point de rencontre des porteurs de Kutte, la mythique veste en jean sans manche des stades allemands, à Dortmund recouverte d’un Südtribüne en haut du dos et de divers badges originaux – souvent insultants envers nos amis d’Herne-West – ramenés de déplacements improbables.


Des tonnelles sont installées sur les dalles de béton où déambulent habituellement les baigneurs. Bière pas cher, Jägermeister et autres shots mais aussi nourriture bon marché comme le fameux Nackensteak (steak de cou de porc) ou l’inévitable Frikadelle (boulette de viande) mais aussi Erbsensuppe (soupe au pois) ou chili con carne l’hiver sont au menu. Mais le hit (avec la bière), c’est la mythique Mantaplatte (currywurst avec des frites noyés sous la mayonnaise) pour laquelle une longue file se forme à chaque match devant l’habituelle buvette de la piscine. Parfois, il y a de la musique, des chants du BVB, parfois non, selon la fonctionnalité des haut-parleurs mais, avec ses palmiers, ses bars, ses fans, la Freibad est sans conteste le plus authentique des Biergarten du Westfalenstadion.

Avant le match bien sûr mais aussi après où, un soir de victoire, l’ambiance peut devenir très festive.

Divers

A côté des Biergarten précités, il existe encore d’autres débits de boisson autour du Westfalenstadion. Il y a le Reiterstübchen, le bar du club d’hippisme, situé dans les jardins communautaires au nord de l’allée am Westfalenstadion qui conduit au stade depuis l’arrêt de U-Bahn Theodor-Fliedner-Heim (nord-ouest). Il existe également divers bars le long de dite allée am Westfalenstadion (c’est pas le sujet mais on y trouve aussi d’excellentes Curry-Krakauer au stand situé le long des terrains de football des juniors). Ensuite l’esplanade Nord du Westfalenstadion comporte plusieurs bars et tonnelles qui servent des bières à l’emporter.

Si l’on poursuit notre tour du stade, il y a également des tonnelles devant la halle d’athlétisme (nord-est) et le bar « Elschanke » des Eisadler Dortmund, situé à l’extrémité sud de l’Eissportzentrum Westfalen, la patinoire, en face du Biergarten Bergmann évoqué ci-dessus. Ensuite, il existe des bars aux deux extrémités du Turmweg, le chemin qui permet de passer du nord au sud du stade.

Enfin, le long de l’allée qui mène du Biergarten Freibad à l’entrée Süd du Westflaenstadion (sud-est), il y a encore plusieurs bars pour patienter avant la fouille. A côté de ces endroits publics, il existe encore des endroits plus privatifs. Les groupes ultras possèdent leur propre bar situé à la Dudenstraße où se trouve le Fanprojekt mais c’est à environ trois kilomètres du stade ; c’est de là que partent les cortèges en direction du stade lorsqu’ils sont organisés. Enfin, plusieurs Fanclubs (dont le mien) mettent en place, à chaque match ou lors d’événements particuliers, leur propre bar dans les environs du Westfalenstadion.

Pour nous, ce sont des places de parking réservées juste à côté du stade, une voiture au coffre rempli de bières, un bar en bois monté sur des caisses de bières et nous avons notre propre bar, avec des bières à des prix défiant toute concurrence, avant chaque partie dans notre temple.

Bref, ce n’est pas la déshydratation qui guette avant un match du BVB à domicile.

Il est donc criminel de passer à côté de toute cette effervescence festive d’avant-match qui participe en plein à la légende du Westfalenstadion, surtout si c’est pour aller s’entasser avec les touristes dans les files d’attente interminables du Fanwelt ou pour arriver juste à l’heure du coup d’envoi. Et bien sûr, après avoir effectué la tournée des Biergarten et être entré dans le stade, il existe de nombreux bars à l’intérieur du Westfalenstadion où il n’existe aucune restriction sur l’alcool, même plus depuis deux saisons, pour les matchs de Coupe d’Europe. Bierstadt Dortmund !!!

Bundesliga

Les Biergarten, ce n’est pas bien sûr pas seulement lors des matchs à domicile. Un week-end sur deux, nous sommes sur la route et il n’est pas question de renoncer à la tournée des Biergarten sous prétexte que nous évoluons loin de notre stade chéri. Mais l’offre diffère considérablement d’un stade à l’autre, alors voici la présentation des Biergarten des 17 autres stades de cette Bundesliga 2019-2020.

***** Freiburg, Bremen

A Freiburg, il n’y a peut-être pas la quantité mais la qualité : il existe en tout et pour tout deux Biergarten au Dreisamstadion, l’un juste à côté du stade qui n’a rien d’exceptionnel mais c’est l’autre, situé quelques dizaines de mètres plus loin, qui nous intéresse : le PTSV Jahn Biergarten (du nom d’un club omnisport fribourgeois). Il y a un restaurant mais surtout son jardin qui sert de Biergarten les jours de match : de la verdure, un petit jardin botanique mais surtout des bars et des tonnelles tout autour, y compris des bars à vin, mêlant ainsi Biergarten et Weingarten.

A l’entrée, une scène avec des DJ qui font monter l’ambiance en diffusant les chants des deux clubs qui vont s’affronter entre les tubes d’Axel Fischer, Andreas Gabalier, Olaf Henning, Helene Fischer ou Mia Julia… La bière, la Rothaus, est parfois même servie en mètres ou en girafes, avec en prime un t-shirt « Pornstar » et, après certaines victoires, la fête s’est eu prolongée assez tardivement.

Clairement, le Biergarten le plus festif de la Bundsliga actuelle. Malheureusement, Freiburg va inaugurer un nouveau stade la saison prochaine et nous ne sommes vraiment pas sûrs de retrouver un endroit aussi bucolique et joyeux dans la nouvelle enceinte. Si tu n’as jamais vécu un avant-match (et éventuellement un après…) au PTSV Jahn, ce n’est pas encore trop tard, il te reste jusqu’à la fin de la saison pour le découvrir mais contre le BVB, c’est malheureusement trop tard.

L’arrivée au stade du Werder Brême a un petit côté britannique avec des maisons d’habitation basse et quelques pubs, avec le stade en arrière-plan. Pour les Biergarten, c’est surtout le long de la Weser qui a donné son nom au stade qu’il faut aller.

Il y a plusieurs restaurants qui surplombent le fleuve (notamment une très bonne pizzeria) avec leur Biergarten en contrebas. Et il y a ensuite le Biergarten du club de voile et celui d’un restaurant situés également au bord de la Weser. La Haake-Beck coule à flot et il y a même des transats pour regarder passer les péniches.

Et si tu as encore soif après avoir écumé les Biergarten, on trouve encore de nombreux bars sur l’esplanade devant le stade. Et à l’intérieur, où l’alcool est autorisé, y compris en bloc visiteurs. Coïncidence ou pas, le déplacement de Brême reste toujours l’un des plus prisés des fans jaunes et noirs. Cerise sur le gâteau, il est possible d’arriver ou de partir du stade en bateau, sur la Weser. Avec bien entendu un bar sur le pont.

**** Hertha Berlin, Köln, Frankfurt

L’Olympiastadion du Hertha Berlin occupe un périmètre gigantesque, avec, outre le stade, l’hippodrome, les bassins de plongeon et autres installations des JO de 1936. Il faut donc arriver du bon côté pour trouver les Biergarten. Mais, que tu arrives en S-Bahn ou en U-Bahn, dès la sortie du métro, tu tombes sur des bars, un peu plus verdoyants à la sortie du U-Bahn. Et le point de ralliement des fans du BVB, c’est généralement le Biergarten situés au premier étage du bar à proximité de la Südtorweg, au bout de la Jesse-Owen-Allee, avant l’entrée réservée aux supporters adverses. Très belle vue sur le stade et ambiance garantie. Une fois entré dans l’enceinte du stade, il existe de nombreux bars et Biergarten tout autour. Parfois, lors des finales de Pokal, il y a des restrictions sur l’alcool mais, en Bundesliga, cela n’arrive pas, l’Olympiastadion est même le seul stade de Bundesliga où l’on sert des Maßbier ! Si chaque année le déplacement du Hertha Berlin constitue le pèlerinage annuel pour tout fan Borusse qui se respecte avec environ 20’000 fans en Schwarzgelb dans la capitale, c’est d’abord pour des raisons historiques mais aussi sans doute un peu parce que cela constitue l’un des déplacements les plus festifs de la saison.

A Köln, les principaux Biergarten ne se trouvent pas directement autour du Müngersdorf mais à l’arrêt de métro d’avant, l’Alter Millitärring, notamment le plus recommandable d’entre eux le Stadtwaldgarten. Les autres Biergarten se trouvent de l’autre côté de l’Aachener Straße, la rue interminable qui mène au stade. Il faut juste faire attention à la circulation pour passer d’un Biergarten à l’autre. L’autre bémol, c’est qu’on y sert de la Gaffel Kölsch, sans doute la moins bonne des Kölsch, comme au stade.

Mais sinon, c’est vraiment un endroit très sympa et les avant-matchs avec nos amis du Effzeh au son de Viva Colonia ou Mer stonn zo dir, FC Kölle sont toujours très attendus. Ensuite, il reste une petit dizaine de minutes à pied pour terminer le trajet jusqu’au stade, avec encore quelques bars pour se déshydrater, si besoin est, avant d’entrer dans l’enceinte, elle aussi largement pourvue en débit de boissons, même si l’inefficacité du service aux bars du Müngersdorf est éternelle. Il y a également des Biergarten et bars, avec parfois des concerts, sur l’esplanade située côté sud du stade mais c’est à l’opposé de l’entrée visiteurs, on fréquente ce côté-là un peu moins. Et généralement, les Biergarten de l’Alter Militärring suffisent à notre bonheur.

Comme son nom l’indique, le Waldstadion de Francfort se situe au bord d’une forêt et les parkings se situent dans des clairières au milieu des arbres. Si tu viens en voiture, tu risques de te retrouver devant l’entrée du stade sans avoir aperçu l’ombre d’un Biergarten, à part peut-être quelques vendeurs ambulants au détour d’un sentier à travers la végétation. C’est surtout après l’arrivée du S-Bahn que cela se passe. Après la sortie du train, nous débouchons sur une grande allée au bord de la forêt égayée de bars et Biergarten.

Au bout de l’allée se trouve une place avec encore quelques tonnelles. Enfin, il est ensuite possible de circuler librement autour du stade, lequel est largement pourvu en bars et, malgré la rivalité qui nous oppose aux fans de SGE, il n’y jamais de restrictions sur l’alcool à Francfort.

*** Leipzig, Mönchengladbach, Wolfsburg, Schalke

Les quatre stades suivants partagent un point en commun : ils ne sont pas forcément mal lotis en Biergarten mais c’est toujours plus compliqué lors d’un match contre le BVB, quand tu arrives avec ton maillot jaune.
On commence par le Zentralstadion de Leipzig. Après avoir monté une première rangée d’escaliers, il existe une esplanade remplie de Biergarten, c’est assez sympa, avec l’ancien hippodrome en contrebas. Seul hic : les clients du Red Bull pensent qu’ils arriveront à masquer leur insignifiance par une agressivité exacerbée. Du coup, les très peu sympathiques services de sécurité ont de plus en plus tendance à canaliser tout fan en Schwarzgelb directement vers le bloc visiteurs, devant l’entrée duquel il n’y a pas un bar à l’horizon et à l’intérieur duquel on ne trouve (normalement) pas une goutte d’alcool (sauf exception). Pour résumer, le Zentralstadion et sa Ur-Krostitzer pourrait être un endroit sympa s’il n’y avait pas Red Bull, sa sécurité et ses fans détestables.

Le Borussia-Park de Mönchengladbach a longtemps fait figure de parent pauvre au niveau des Biergarten. Pendant longtemps, il n’y avait guère que le bar du stade de hockey sur gazon voisin et un petit Biergarten à la sortie du parking. Le principe lieu de rencontre, c’était la Fanhaus du faux Borussia, à environ 5 minutes du stade, avec son stand de merchandising ultra, ses écrans diffusant les matchs, son Biergarten et sa bière servie en tonneau (et très bon marché). Mais c’est un endroit où il ne fait pas bon se pointer en maillot de notre Borussia.

Depuis quelques saisons toutefois, le VfL s’est rendu compte que la grande place située devant le stade pouvait avoir quelque utilité et elle s’est enrichie de plusieurs bars et tonnelles. Cela manque un peu de verdure au milieu du béton mais c’est quand même plus accueillant. Seul hic : quand on arrive avec le Sonderzug puis le Schuttle-Bus depuis Rheydt-Hbf, la gare qui nous est réservée, la police est assez réticente à nous laisser aller baguenauder du côté des bars et nous canalise directement vers le bloc visiteurs, où la présence de vraie bière est à géométrie très variable. Ce qui est un peu absurde car les fans borussen venus en voiture ou en train ordinaire sont eux tout à fait admis aux bars devant le stade.

L’Arena de Wolfsburg est un peu anonyme mais ses alentours, au cœur du monde Volkswagen, sont (étaient) assez sympas. Le stade est situé à côté d’un plan d’eau, avec une grande esplanade à côté devant le stade. Un peu plus loin, il existe un chalet avec tables en bois, bières et saucisses. Et juste derrière, lorsque l’hiver a envahi le pays des loups et qu’un vent glacial balaie les mornes plaines de Basse-Saxe, il est toujours possible de se réfugier dans une grande halle avec des bars et des écrans géants. Mais le nec le plus ultra, c’était le bar situé au bout du lac sur lequel on pratique le téléski nautique et où il était possible d’aller déguster bières et caïpirinha sur la plage, avec vue sur le stade.

Mais cela c’était avant. Avant le conflit opposant ultras du BVB et des Wölfe. Depuis la saison dernière, le stade se transforme en camp retranché et l’accès aux bars devient compliqué avec un maillot du Borussia. De plus, si, de tout temps, il n’y avait rien d’autres que de la Veltins alkoholfrei en Gästeblock, la prohibition a tendance à s’étendre aussi autour du stade. On espère que la situation va se détendre un peu. Au pire, il y a toujours le moyen de se faire passer pour un amateur de vieilles pierres et d’aller faire un tour au château voisin, il y a un très joli petit Biergarten dans les jardins.

Evidemment, quand tu débarques en Schwarzgelb pour le Revierderby, il n’est guère question d’aller se balader autour de la Turnhalle d’Herne-West pour faire la tournée des Biergarten. Le programme, c’est en général d’arriver en bus, depuis Dortmund ou la gare de Gelsenkirchen, puis de se rendre directement en Gästeblock où, malgré la haine entre les deux clubs, il n’y a jamais eu la moindre restriction sur l’alcool. Du coup, tu prends une (ou plusieurs) bière aux Imbiss situés dans la place qui nous dévolue derrière la gare pour survivre à l’interminable (en temps, pas en distance) trajet en but et la bière suivante, tu la bois dans le stade.

C’est dommage car la Veltins-Arena, légèrement surélevée, n’est pas mal lotie en Biergarten tout autour au stade. J’ai même eu l’occasion (mais pas un jour de Derby…) de fréquenter le bar des fans de Schalke, avec une terrasse devant, située au bout d’un entrepôt, l’endroit pourrait presque être bonnard s’il n’y avait l’omniprésence de ces affreux maillots bleus. Sinon, les fans des Blauen possèdent leur propre rue à quelques encablures du stade, la Fanmeile, avec une alignée de bars aux couleurs de leur club. Mais ce n’est pas un endroit pour un Dortmunder…

** Leverkusen, Union Berlin, Hoffenheim, Mainz

J’ai longtemps pensé que Leverkusen constituait un trou noir niveau Biergarten.

Ce qui est dommage car le stade est situé au bout d’un parc qui eût été idéal pour quelques escapades houblonnées. Mais, après plusieurs visites, j’ai fini par trouver le Biergarten de la BayArena : il est simplement caché par un McDonald’s, à l’opposé du bloc visiteurs.

Ce lieu précieux se trouve dans le Soccer-Centor, une halle de football en salle. Un pub, une grande et belle terrasse, un bar devant l’entrée et une halle avec bar et écran géant, finalement Leverkusen n’est pas si nul.

Notre déplacement en août à l’Alte Försterei constituait ma première visite là-bas et je n’avais guère préparé mon périple. Je ne m’étais en particulier guère renseigné sur les Biergarten d’Union Berlin. En sortant du S-Bahn, je suis tombé sur un Biergarten qui avait l’air assez intéressant mais il était peuplé exclusivement de maillots rouges. J’ai donc décliné et me suis rendu directement devant l’entrée du Gästeblock où une station-service, prise d’assaut, constituait le seul débit de boisson. Je ne puis donc dresser qu’un panorama très incomplet, cet endroit méritera d’être revu pour une étude un peu plus approfondie.

Il est inutile de chercher un Biergarten près de la sinistre Arena d’Hoffenheim : il n’y a en pas. Rien, nada ! Et comme le bloc visiteurs est résolument alkoholfrei, cet endroit s’apparente un peu à la vallée de la soif. Sauf pour les connaisseurs : en fait, le Biergarten de Sinsheim se trouve de l’autre côté de l’autoroute, à côté du musée de l’aviation. Tu vises le Concorde et le Tupolev et le Biergarten Zum Elfmeter se trouve juste derrière, à proximité de la gare Museum/Arena.

Les saucisses y sont à recommander et l’on y sert généralement l’excellente Eichbaum. De par son unicité, cet endroit est évidemment aussi fréquenté par les supporters locaux mais, en général, lorsqu’une horde de Borussen assoiffés débarque du train à grands cris de « Hurrah, hurrah, die Borussen sind da » ou de « Dietmar Hopp ist ein H… », les clients en bleu décampent assez rapidement et le jaune domine dans le Biergarten.

Et quand l’accès au bar devient trop encombré, il existe un autre bar juste à côté tenu par des sikhs enturbannés assez classes pour une dernière bière avant le stade.

Le FSV Mainz a construit son nouveau stade au milieu de nulle part, entre champs et zone industrielle. Mais il a pris la précaution de prévoir bars, tonnelles, chaises et bancs sur l’esplanade devant le stade. Le décor est un peu froid mais nos bonnes relations avec les fans mayencennois garantissent une ambiance conviviale.

Toutefois, comme l’endroit se situe à l’opposé du bloc visiteurs, les fans venus en bus, stationnés juste devant l’entrée du bloc, improvisent également des bars devant les cars, histoire de ne pas avoir à faire tout le tour du stade. Mainz constitue donc souvent l’un des déplacements les plus festifs de la saison.

* Paderborn, Düsseldorf

Mon seul déplacement à Paderborn remonte à la saison 2014-2015, avec le BVB lors du premier passage du SCP en Bundesliga, pour un match nul de sinistre mémoire avec la blessure de Marco Reus. Le stade est situé en rase campagne, entre vaches, tracteurs, fermes et champs. Aux alentours, c’était le néant. Le SCP venait d’accéder à la Bundesliga à la surprise générale, y compris celle de ses propres dirigeants, et ne s’y était pas vraiment préparé. Tout était provisoire, les espaces VIP et le Fanshop se trouvaient dans des tentes et ils n’avaient manifestement pas eu le temps de songer aux bars et Biergarten. L’ascension fêtée en mai dernier n’était guère plus planifiée mais on laissera le bénéfice du doute aux Est-Westphaliens en espérant que, depuis 2014-2015, ils aient prévu un accueil un peu plus convivial pour les fans. Je te raconterai lors de notre prochain déplacement là-bas.

Düsseldorf est une ville éminemment festive mais son stade est située à côté de la Messe, le palais des congrès, et c’est un désert de béton froid. Il existe bien une tonnelle près de l’entrée du Gästeblock mais c’est à peu près tout. En fait, il y a bien des Biergarten mais ils sont situés à distance respectable, soit au bord du Rhin, soit le long du métro qui mène au stade. Et donc, si tu veux faire une halte dans lesdits Biergarten, il faut ensuite se préparer à une longue marche jusqu’au stade car il est illusoire d’espérer monter dans les métros déjà surchargés en provenance du centre-ville une heure avant le coup d’envoi.

Munich, Augsburg

Paradoxalement, c’est en Bavière, là où sont nés les Biergarten, que les stades sont le plus mal lotis en la matière. A Augsburg, c’est le néant absolu. Comme à Düsseldorf, les seuls Biergarten sont située loin du stade, avec le même problème d’acheminement subséquent. Mais autour du stade, il n’y a rien, sinon des champs et une université déserte les jours de matchs : pas de bar, ni de tonnelle ou de Biergarten. Dès lors, il faut se contenter des bars improvisés au pied des cars de fans dortmundois pour boire une dernière bière avant le bloc visiteurs, sans alcool. C’est peut-être pour se faire pardonner de cet accueil un peu spartiate que le FCA organise, le soir après le match, une Fanparty pour les supporters des deux camps dans une brasserie de la ville.

Certains prétendent qu’Uli Hoeness est un visionnaire et, d’un point de vue strictement financier, ils ont peut-être raison. Il a planté le stade du Bayern Munich dans une banlieue sinistre, à Fröttmaning, entre un échangeur d’autoroutes, un terril de remblais et des entrepôts de trams. Et autour, il construit des parkings, aux tarifs prohibitifs et donc fort rentables. Car, à Munich, on ne va pas au stade pour s’amuser mais pour consommer. Pas de la bière mais surtout des produits dérivés du FC Bayern. Dès lors, pourquoi prendre le risque que les fans s’égaient dans les Biergarten plutôt que d’aller dépenser leur argent aux innombrables Fanshops ? Autour du stade, un seul Biergarten, le minuscule Paulaner Fantreff. Mais deux tireuses à pression pour 75’000 spectateurs, ce n’est pas beaucoup… Il ne reste donc qu’à pénétrer dans le supermarché d’Uli et d’aller consommer. Si vraiment tu as envie d’une bière, c’est de la Paulaner insipide à 2,3‰. Bref, malgré tous les titres qu’ils peuvent gagner, nous compatissons sincèrement avec les clients du Bayern : aucun palmarès au monde ne vaut l’épreuve de devoir se coltiner un tel tombeau toutes les deux semaines. Une fois par saison, c’est déjà plus qu’assez !

Comme il n’y a pas que la Bundesliga dans la vie

Je ne vais pas te faire la liste exhaustive de tous les stades que j’ai pu visiter en Allemagne mais il y a quand même quelques endroits qui ne sont pas au programme de cette Bundesliga 2019-2020 mais qui méritent la citation. Petite sélection triée sur le volet.

***** Hanover, Dresden

Hanovre est de mon point de vue le seul stade en Allemagne qui puisse rivaliser avec notre Westfalenstadion en terme d’offre de Biergarten. Situé à la sortie du U-Bahn (sortie Waterloo et non Stadionbrücke), le Waterloo Biergarten est sans doute le Biergarten des stades de Bundesliga qui se rapproche le plus d’un Biergarten traditionnel, avec ses petite chalets en bois où sont servis bières et nourriture qui entourent une terrasse généreusement ombragée.

Le tout devant un écran géant qui diffuse les matchs précédents et avec des bières servies dans des vrais choppes ou Maß. Après s’être, généralement à regrets, extraits du Waterloo, l’allée qui conduit au stade est parsemée de bars, avant un autre Biergarten devant l’entrée, dans une maison à colombage, avec un bar à l’étage pour les mois les plus froids de l’année. Et il y a encore des bars tout autour du stade, à l’intérieur de l’enceinte. Si, après Berlin et lorsque le club local évolue en Bundesliga, Hanovre constitue le déplacement le plus fréquenté par le peuple jaune et noir, ce n’est pas complètement un hasard.

Le stade du Dynamo Dresde se situe juste en face d’un parc, avec les jardins botaniques de la ville. Et, au milieu de la végétation, plus ou moins luxuriante selon les saisons, se dressent ici ou là les Biergarten. Le cadre est magnifique et l’ambiance est à la hauteur.

Même les heures indues des coups d’envoi de Zweite Liga (13h le samedi, 13h30 le dimanche) ne découragent pas les fans locaux d’envahir les lieux dès le milieu de la matinée. Même si le déplacement de Dresde au stade n’est pas souvent au menu du BVB, c’est vraiment un lieu à conseiller, surtout que l’ambiance dans le stade mérite le détour. Comme, en plus, le Dynamo joue en jaune et noir, nous n’y sommes pas vraiment dépaysés.

**** Stuttgart, Hamburger SV, Kaiserslautern

Le Biergarten de la Polizeisportverein (association sportive de la police) à Stuttgart fait partie des rendez-vous incontournables de la saison, quand le VfB n’a pas la mauvaise idée de s’autoriser l’une ou l’autre escapade en Zweite Liga.

En France, la police interdit les fans de déplacements, à Stuttgart elle leur sert la bière avant le match ! C’est l’un des plus vastes Biergarten des stades de Bundesliga, la Stuttgarter Hofbrau est excellente et il est situé à proximité de l’entrée du Gästeblock : un must.

Accessoirement, le stade du VfB se trouve à côté de la Canstatter-Wasen, la plaine au bord du Neckar où se tiennent les fêtes de la bière locales, la Cannstatter-Wasen l’automne et la Frühlings-Fest au printemps. Donc en pleine saison de football…

La réputation d’Hambourg pour la fête n’est plus à faire et son stade ne dépareille pas complètement. L’arrêt de métro de Stellingen n’est pas directement à côté du stade, il est possible de finir le trajet en bus mais c’est bien plus rigolo à pied puisque l’allée qui conduit au Volksparkstadion est constellée de bars.

Et les parcs entourant le stade accueillent leur lot de Biergarten. Nous avons tous rigolé quand le Dino der Liga est descendu en Zweite Liga pour la première fois de son histoire et c’était sans doute mérité. Mais Hambourg et ses déplacements éminemment festifs nous manquent, on se réjouit de les retrouver !

Un club que nous ne sommes malheureusement pas près de retrouver en Buli, c’est le 1. FC Kaiserslautern. C’est fort dommage car le stade du Betzenberg, comme son nom le laisse supposer, est situé au sommet d’une colline. Et l’ascension au milieu de la verdure s’agrémente de Biergarten et autres Trinkhalle, du pied au sommet du Betzenberg.

*** Bielefeld, St. Pauli, Nürnberg, Darmstadt, Bochum, Duisburg

De prime abord, le stade de l’Arminia Bielefeld, sis entre un parc et un quartier résidentiel, est un peu austère. Mais il vaut la peine de s’aventurer au hasard des allées autour du stade, il s’y trouve quelques Biergarten très intéressants au bord des ruisseaux, étangs ou jardins qui entourent l’Alm. Et, une fois à l’intérieur, l’allée qui conduit à la tribune est également bien fournie en haltes houblonnées.

Le Millerntor de St. Pauli est placé au bout de la rue qui comporte le plus de bars en Allemagne. Des Biergarten seraient donc superflus, ce d’autant plus que la place située devant le stade accueille régulièrement des festivals et fêtes foraines en tous genres. Autour du stade même, il y a juste un pub avec une terrasse mais cela demeure un endroit qui n’engendre guère la morosité.

Le Frankenstadion de Nürnberg ne manque pas d’originalité. Pas tellement pour les tonnelles placées sur l’esplanade devant le stade mais pour les Biergarten située un peu plus loin, dans le parc construit sur l’ancien Reichsparteitagsgelände, l’ancien lieu de célébration du parti nazi. Nonobstant le côté un peu morbide de l’expérience, un Biergarten au bord de l’eau et du Großer-Dutzendteich, avec vue sur ce qui fut le centre des congrès du NSDAP, ou dans les arbres, le long de la Großer Strasse, la rue où défilèrent jadis les blindés qui s’apprêtaient à déferler sur l’Europe, cela reste peu banal.

Même s’il a été un peu bricolé dans l’urgence lorsque le club a déboulé sans crier gare en Bundesliga, le stade de Darmstadt possède tout ce qu’il faut en termes de bars et des Biergarten, notamment à la sortie du sentier dans la forêt qui mène au bloc visiteurs.

Il faut également dire quelques mots de nos proches voisins : à Duisburg, le Wedau côtoie plusieurs lacs, au bord desquels se dressent plusieurs restaurants et Biergarten. L’offre s’est malheureusement un peu réduite depuis que les Zebras ont quitté la Bundesliga et végètent entre Zweite et Dritte Liga. Le cadre est un peu moins charmant à Bochum mais un vaste Biergarten sert la bière locale, la Mortiz Fiege, juste en face du stade.

** Ingolstadt, Münster

Histoire de ne pas faire que critiquer les Bavarois, mentionnons Ingolstadt. Pas de Biergarten là-bas mais un grand Almhütte devant le stade. C’est un peu curieux, dès lors que la ville est située en plaine, sans une montagne ni colline à des kilomètres à la ronde mais c’est sans doute pour tenter de justifier le surnom du club, les Schanzer (tremplins). Cela dit, le jouet d’Audi et son stade minuscule ne nous manquent pas vraiment.


Enfin, à Münster, il n’y a pas de Biergarten aux abords du stade mais c’est l’un des rares stades où plusieurs des nombreux bars garnissant les gradins places debout permettent de commander sa bière sans quitter le terrain des yeux.


La liste est bien entendu loin d’être exhaustive mais disons que tu as désormais quelques pistes pour arpenter malin les stades allemands et au plaisir de se croiser avant un match dans un Biergarten !

Biergarten !!! Etude d’un phénomène (1/2).

Catégories : Nos Portraits

0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *