Comme cette année, l’été s’était invité dès le mois d’avril en 2011. Comme si la météo voulait participer au conte de fées du Borussia Dortmund. Chaque week-end, sous le soleil, on sentait montait l’excitation, l’enthousiasme, l’effervescence dans une ville qui se teintait chaque jour un peu plus en jaune, à chaque fenêtre, chaque balcon, chaque vitrine… Dans ce contexte magique, le Super Sonntag de la Bundesliga du 17 avril 2011 a rendu son verdict et il est plus que favorable au Borussia Dortmund : facile vainqueur de Freiburg alors que Leverkusen était étrillé à Munich, le BVB est tout proche du titre. Lequel pourrait même être fêté le samedi suivamt à Mönchengladbach ou, plus vraisemblablement, la semaine suivante à domicile contre Nuremberg.

L’événement footballistique du week-end en Europe, c’était bien entendu le Super Sonntag de la Bundesliga, avec deux matchs décisifs pour l’attribution du titre, Bayern Munich – Bayer Leverkusen à 15h30 et Borussia Dortmund – SC Freiburg à 17h30. Après avoir culminé à 13 points au soir de la 18ème journée, puis à 12 points après 24 journées, l’avance du Borussia Dortmund sur le Bayer Leverkusen s’est réduite à cinq malheureuses longueurs avant cette 30ème ronde. Et pouvait même se rétrécir à deux points avant BVB – Freiburg si la Werkself l’emportait à Munich…

Le Bayern Munich est magique

C’est donc avec une certaine angoisse que l’on s’est réveillé en ce dimanche ensoleillé, angoisse que l’on s’est empressé d’aller noyer dans quelques boissons houblonnées. Cela commence avec un petit déjeuner bière-Currywurst sur une terrasse du centre-ville, le jaune est bien entendu majoritaire même si l’on voit quelques taches rouges fribourgeoises ici ou là. On se croirait un peu sur la place fédérale avant une finale de Coupe de Suisse, la vraie, celle qui se jouait à Berne. Enfin, sauf que là il manque Denis avec le tonneau de blanc du FC Granges Marnand.

La journée se poursuit au Biergarten de la Freibad avec une entorse à la tradition : exceptionnellement, les chants du club ne sont pas diffusés en boucle. A la place, un transistor a été installé sur le haut-parleur pour suivre l’évolution de Bayern – Bayer. C’est un peu du bricolage mais ça permet aux supporters jaunes et noirs d’exploser de joie à l’annonce des deux premiers buts des Rekordmeister. Et au passage, on a une pensée pour Michael Ballack qui avait affirmé avant le match vouloir faire très mal au Bayern… Au final, les Bavarois l’emporteront 5-1, tout comme la seconde garniture du BVB en déplacement à Schalke. Ce n’est que de la quatrième division mais une victoire contre Schalke, ça fait toujours plaisir, il y a des dimanches comme ça où tout rigole.

Nuri Sahin, les adieux ?

Il ne restait plus au BVB qu’à ne pas tout gâcher avec une défaite contre Freiburg, l’une des bonnes surprises de ce championnat et qui est peut-être l’équipe qui a le plus chahuté le Borussia Dortmund cette saison, lors de la 1ère mi-temps du match aller. Le scénario sera bien différent en ce dimanche radieux, puisque de match il n’y eut point. La rencontre s’est en effet résumée à un long monologue dortmundois. La statistique des tirs au but (18-3) est éloquente et Freiburg a attendu la 87e pour se procurer sa seule occasion, alors que le match était plié depuis longtemps. En fait, la seule alerte pour le BVB est venue de la blessure de son maître à jouer Nuri Sahin, dont la saison est terminée. Et peut-être sa carrière en jaune et noire car son départ (Real Madrid ou Inter Milan) est évoqué avec insistance. Sauf que l’on ne peut pas imaginer que cet authentique junior du club finisse sa carrière dortmundoise avec une triste sortie sur blessure : il va falloir rempiler dans la Ruhr une saison (au moins), Nuri !  Du coup, Dortmund se retrouvait privé de son capitaine historique, Kehl, de son meilleur buteur, Barrios, et de ses deux meilleurs joueurs, Kagawa et Sahin.

Dortmunder Jungs

Heureusement, avant la perte de son meneur de jeu de Lüdenscheid, Dortmund avait fait le plus dur en ouvrant le score grâce à deux autres anciens juniors du club, Marcel Schmelzer au centre et Mario Götze, stratosphérique depuis le début du 2ème tour, à la réception. Le 2-0 tombera comme un fruit mûr juste avant la mi-temps sur une ouverture de Mats Hummels, une nouvelle fois monstrueux, et une intervention ratée du défenseur Toprak qui ont permis à Robert Lewandowski de partir seul éliminer le gardien Baumann et marquer dans le goal vide. Voilà qui nous fait plaisir pour le Polonais qui avait raté l’immanquable quelques minutes auparavant sur un nouveau caviar de Götze et qui restait sur quelques matchs décevants dans un rôle de numéro 10 qui ne lui réussit guère ; l’absence de Lucas Barrios lui a permis d’être aligné dans un rôle d’attaquant de pointe qui lui convient mieux. Néanmoins, l’ancien joueur du Lech Poznan manquera le but du 3-0 en deuxième mi-temps, tout comme Piszczek, Großkreutz et Blaszczykowski. Finalement, ce seront à nouveau deux juniors du club qui s’en iront clore la fête de tir, l’inévitable Mario Götze et Kevin Großkreutz, qui sont partis seuls au but pour tripler la mise comme à l’entraînement devant le mur jaune. Nos craintes du début de journée s’étaient depuis longtemps évaporées.

 

Dortmunder un peu moins Jungs

Tout cela évidemment dans une ambiance complètement délirante. A chaque match du BVB à domicile, on se dit que ça ne peut pas être mieux et pourtant la rencontre suivante c’est encore un ton au-dessus, à mesure que le titre se rapproche. Cerise sur le gâteau, le public du Westfalenstadion aura droit à quelques minutes de jeu de son idole Dede, lequel finira avec le mégaphone au pied d’une Südtribüne en extase. Le lendemain du match, un lundi après-midi, 1500 fans se réuniront spontanément sur une place du centre-ville pour fêter le 33e anniversaire de leur Brésilien, lequel n’a joué en tout et pour tout que 13 minutes cette saison en championnat. Au cas où tu ne l’aurais pas encore compris, le Borussia Dortmund dégage une ferveur vraiment unique et le meilleur semble encore à venir.

Le titre pour samedi ?

Avec cette victoire, la BVB a d’ores et déjà assuré son grand retour en Ligue des Champions, après huit ans d’absence, sans avoir à passer par les barrages. Le principal intérêt de l’opération, c’est que ça permettra d’augmenter le budget pour tenter de garder les héros de cette saison. En outre, malgré une infirmerie qui se remplit, avec huit points d’avance à quatre matchs de la fin, cela paraît difficile de laisser échapper le Meisterschale (enfin à moins de s’appeler Schalke ou Neverkusen). Ce titre pourrait même déjà devenir une réalité samedi prochain si Leverkusen ne bat pas Hoffenheim et si Dortmund s’impose sur le terrain de la lanterne rouge Mönchengladbach. Une semaine après avoir exulté à l’annonce des buts du Bayern, nous allons donc tenir pour Hoffenheim : cette fin de saison en Bundesliga défie décidemment toute logique.

Borussia Dortmund – SC Freiburg 3-0 (2-0).

Signal Iduna Park, 80’720 spectateurs (guichets fermés).

Arbitre : M. Zwayer.

Buts : 23e Götze (1-0), 43e Lewandowski (2-0), 78e Großkreutz (3-0).

Dortmund : Weidenfeller; Piszczek, Subotic, Hummels, Schmelzer; Bender, Sahin (28e da Silva); Blaszczykowski, Götze (82e Dede), Großkreutz (85e Feulner); Lewandowski. Entraîneur: Jürgen Klopp.

Freiburg : Baumann; Mujdza, Barth, Toprak, Butscher; Schuster (79e Nicu); Caligiuri, Makiadi, Putsila (78e Jäger), Jendrisek (60e Reisinger); Cissé. Entraîneur: Robin Dutt.

Cartons jaunes: 26e Caligiuri, 28e Hummels, 57e Barth.

Notes: Dortmund sans Kehl, Kagawa ni Barrios (blessés), Freiburg privé de Krmas (suspendu), Bastians, Pouplin, Bechmann, Abdessadki et Rosenthal (blessés).

Classement (30 matchs) : 1. BVB 69 2. Leverkusen 61 3. Bayern 55 4. Hanovre 54 5. Mainz 48 6. Nürnberg 46 7. Hambourg 43 8. Freiburg 41 9. Hoffenheim 40 10. Schalke 40 11. Bremen 35 12. Köln 35 13. Kaiserslautern 34 14. Stuttgart 33 15. Francfort 33 16. Wolfsburg 29 17. St. Pauli 29 18. Mönchengladbach 26.

Catégories : Au StadeRetro

0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *