Samstag 15:30. Dans un monde idéal, donc sans Covid-19, nous devrions être en ce moment dans le Gästeblock à Düsseldorf, à la douzième bière, après un trajet bruyant en Sonderzug. Las, il n’en est rien. Alors on revient sur la dernière victoire du BVB à Düsseldorf, le 27 avril 2013 (si l’on excepte la victoire en Pokal contre Uerdingen). Le Fortuna Düsseldorf semblait avoir assuré son maintien en réalisant un premier tour miraculeux. Mais les Flingeraner n’ont pas su faire les quelques points qui leur manquaient pour se mettre à l’abri et se retrouvent aujourd’hui en grand danger de relégation. Et la défaite concédée contre les réservistes du Borussia Dortmund incite plutôt au pessimisme.

Evidemment, entre deux matchs de Ligue des Champions contre le Real Madrid, ce déplacement à Düsseldorf ne revêtait pas un intérêt crucial pour le Borussia Dortmund. Cela n’a pas empêché ses supporters d’avoir effectué en masse le court déplacement vers la capitale de Rhénanie du Nord-Westphalie, colonisant l’ESPRIT Arena bien au-delà du bloc traditionnellement réservé aux supporters adverses. Du coup, une bonne partie des drapeaux aux couleurs du Fortuna local qui avaient été disposés sur les sièges sont restés inutilisés, un beau gaspillage. Le peuple jaune et noir n’aura pas vraiment reconnu son équipe qui avait atomisé le Real Madrid trois jours auparavant puisque Mats Hummels est le seul rescapé du onze de base aligné lors de la démonstration réussie au détriment des Merengue. Là, ce n’est même plus du turnover mais bien une équipe bis qu’a mis en place Jürgen Klopp.

En chute libre

A priori, l’entraîneur du Fortuna Düsseldorf Norbert Maier avait prévu le coup car il a dérogé à sa prudence coutumière pour proposer une équipe plus offensive que d’habitude avec la présente conjointe sur le terrain au coup d’envoi de Kruse et Ilsö et Schahin. D’habitude, c’est plutôt Kruse ou Ilsö ou Schahin… Et gageons que, face à un Dortmund au complet, la composition du Fortuna aurait été légèrement différente et moins audacieuse. Manifestement, Düsseldorf espérait profiter de ce BVB remanié pour faire le plein de points dont il a un urgent besoin. Présenté en début de saison comme le contingent le plus faible de la Bundesliga, le Fortuna avait créé la surprise en bouclant le premier tour avec 21 points et une confortable avance sur la barre, en profitant de l’euphorie de la promotion et en s’appuyant sur une grosse solidarité et une bonne assise défensive. A Noël, il ne faisait guère de doute que les Flingeraner arriveraient sans trop de problème à obtenir les quelques victoires leur permettant d’assurer leur maintien. Sauf que le Fortuna a manqué d’innombrables occasions de de se mettre à l’abri et se retrouve désormais directement menacé en ayant réalisé le plus mauvais deuxième tour de la Bundesliga.

Nuri ist zurück

Porté par son formidable public et face à un adversaire en mal d’automatismes, Düsseldorf domine copieusement le début de match, sans concrétiser, à l’image de Schahin qui ne cadre pas. Et, même avec une équipe B, Dortmund possède davantage d’individualités dominantes que le Fortuna. On en a une première illustration avec une tête de Schieber sur le poteau, on en a la confirmation lorsque Nuri Sahin ouvre le score d’un lob somptueux des trente mètres. Le geste est superbe mais on a quand même l’impression que si, à l’instar de son équipe, il avait été dans la même forme et confiance qu’à l’automne, le jeune gardien du Fortuna Fabian Giefer  ne se serait pas laissé surprendre de la sorte. Les débats s’équilibrent après ce but mais les occasions restent plutôt pour des locaux en mal de réussite à l’image d’Ilsö ou Lambertz qui ne cadrent toujours pas.

Fin de série pour Lewagoal

A une vingtaine de minutes de la fin, Jürgen Klopp décide de renforcer son équipe, et pas seulement au scrabble, avec les entrées en jeu de Blaszczykowski et Lewandowski. On attendait un but polonais, ça n’a pas raté sauf qu’il n’est pas venu de l’inévitable Robert Lewandowski mais de son compère Jakub Blaszczkykowski au sortir d’une magnifique triangulation avec Lewandowski et un Sahin en passe de retrouver son meilleur niveau. En revanche, Lewagoal, quatre jours après s’être subitement révélé aux yeux ébahis des Footix, voit sa série s’arrêter à douze matchs consécutifs de Bundesliga avec au moins un goal, s’arrêtant à quatre matchs du record de Gerd Müller. Il est vrai qu’en ne lui accordant que vingt minutes de jeu, Jürgen Klopp ne lui a pas donné toutes les chances de poursuivre sa belle série. Note, à choisir, on préfère le voir continuer sa série de quadruplés contre le Real.

Düsseldorf est maudit

Le Fortuna ne s’est pas découragé et aurait dû bénéficier d’un pénalty pour une main assez évidente d’Hummels qui interrompt une action de Reisinger à la manière d’un gardien de but. Cela ne m’a pas vraiment surpris, j’ai toujours considéré que, derrière Wolfgang Stark qui est hors catégorie, Michael Weiner était le pire arbitre de Bundesliga, j’aime autant que cette fois ce soit l’adversaire qui en fasse les frais. Et cette erreur est d’autant plus lourde de conséquence que les Flingeraner réduiront la marque en fin de match sur un coup franc d’Axel Bellinghausen repris par Adam Bodzek. Ils flirteront même avec l’égalisation dans les arrêts de jeu sur une reprise de Latka mais la mascotte du BVB Mitch Langerak (onze titularisations, onze victoires !) préserve la victoire et son parcours sans faute avec une parade stupéfiante. Au final, Düsseldorf peut nourrir de gros regrets de n’avoir pas su profiter d’un Dortmund plus que prenable pour engranger des points. A priori, le calendrier et surtout la dynamique paraissent plus favorables à Hoffenheim et Augsburg qu’au Fortuna qui peut sérieusement redouter une place de barragiste voire même une relégation directe qui seraient mortifiantes après avoir compté une telle avance. Il reste trois matchs aux Flingeraner pour se reprendre, on espère qu’ils vont y arriver car ce stade et ce public méritent de rester dans l’élite. Pour l’équipe en revanche, vu ce qu’elle montre depuis quelques mois, on n’est moins sûrs…

Si près du but…

Le BVB assure quasiment sa deuxième place avec ce succès poussif mais finalement assez méritoire vu l’équipe alignée. Mais je t’avouerai que, si c’est toujours sympa de se retrouver dans ce genre de stade et d’ambiance, on a assez vite zappé ce match de Düsseldorf qui nous aura pas fait vibrer plus que ça pour commencer à penser au déplacement de Madrid. Classé seulement 65e de la hiérarchie européenne en début de saison derrière l’APOEL Nicosie, Getafe ou le FC Copenhague, le Borussia n’est qu’à 90, voire 120 minutes d’une finale historique. On espère juste que l’équipe n’aura pas adopté le style déjà arrogant de certains médias ou publicité germaniques dont le triomphalisme béat est assez déplacé alors qu’il reste un match retour où tout demeure possible, la jeunesse de l’effectif dortmundois et son inexpérience ne le mettant pas à l’abri d’une mauvaise surprise. Ceci dit, on a quand même de la peine à imaginer que le BVB puisse échouer aussi près du rêve. Cette journée de mardi va être longue…

Fortuna Düsseldorf – Borussia Dortmund 1-2 (0-1).

ESPRIT Arena, 54’000 spectateurs (guichets fermés).

Arbitre : M. Weiner.

But : 20e  Sahin (0-1), 70e Blaszczykowski (0-2), 88e Bodzek (1-2).

Düsseldorf: Giefer; Balogun, Latka, Malezas, van den Bergh; Bodzek, Lambertz; Kruse, Ilsö (64e Reisinger), Bellinghausen; Schahin. Entraîneur: Norbert Meier.

Dortmund: Langerak; Kirch, Santana, Hummels, Großkreutz; Kehl, Sahin; Hofmann (79e Reus), Leitner (69e Lewandowski), Bittencourt (69e Blaszczykowski); Schieber. Entraîneur: Jürgen Klopp.

Cartons jaunes: 40e Kruse, 50e Ilsö, 51e Schieber, 56e van den Bergh, 74e Reisinger, 87e Hummels, 89e Bodzek.

Notes: Düsseldorf sans Omae, Voronin, Ramirez, Bolly ni Wegkamp (blessés), Dortmund sans Gündogan, Piszczek ni Götze (blessés).

Classement (31 matchs): 1. Bayern 84 2. BVB 64 3. Leverkusen 56 4. Schalke 49 5. Frankfurt 46 6. Freiburg 45 7. Mönchengladbach 44 8. Hambourg 44 9. Hanovre 41 10. Mainz 40 11. Wolfsburg 40 12. Stuttgart 39 13. Nürnberg 38 14. Brême 32 15. Düsseldorf 30 16. Augsburg 30 17. Hoffenheim 27 18. Fürth 18.

À propos de l'auteur

Avatar

Julien Mouquin

Un jour, je suis passé devant le Westfalenstadion, j'ai vu de la lumière et j'y suis entré. Depuis, je n'en suis jamais vraiment sorti.

Laissez un commentaire

Read previous post:
[1997 Manchester United – BVB] – Fußballgott in Old Trafford

Vainqueur 1-0 au match aller au Westfalenstadion, le Borussia Dortmund a rapidement ouvert le score lors de cette demi-finale retour...

Close