De retour des Fêtes de fin d’année, Thorgan Hazard s’est confié au site internet du Borussia Dortmund. Il revient sur le premier tour, son intégration à Dortmund, ses performances et ses espoirs pour la suite. Traduction.

Bvb.de : Salut Thorgan. Première question : as-tu passé une joyeuse pause de Noël ?

Thorgan : C’était très bien ! J’ai fêté Noël avec ma famille en France. Ensuite nous sommes allés tous ensemble à Dubaï pour Nouvel-An.

Tes deux frères Eden et Kylian sont aussi footballeurs professionnels. Comment cela fonctionne dans la famille Hazard pour que l’on ne parle pas de football durant la pause ?

Cela va assez bien, le foot est à peine un sujet. Mon petit frère Kylian (n.d.l.r joueur au Cercle Bruges en première division belge) jouait le deuxième jour de Noël, alors nous sommes tous allés au stade et avons regardé son match. Sinon, nous avons beaucoup joué avec les enfants ou nous sommes promenés.

Néanmoins, tu as sûrement raconté quelque chose sur ta première demi-saison comme joueur du Borussia Dortmund ?

C’est clair, j’ai raconté ce que je pense, que c’était déjà très bien. Mais je sais qu’il y a encore de la place pour de l’amélioration. Cela vaut aussi bien pour moi personnellement que pour notre équipe. Nous avons de très bonnes phases mais aussi de temps en temps des périodes faibles. On doit malheureusement clairement dire qu’il nous a manqué la constance.

Tu as joué l’un de tes meilleurs matchs de ce premier tour en Bundesliga contre ton ancien club, Borussia Mönchengladbach.

C’est juste, je m’en souviens. J’avais même marqué un but, qui n’a malheureusement pas compté…

… parce qu’il a été annulé par la VAR. Mais auparavant, tu avais célébré ton but juste devant le bloc visiteurs ?

Ce n’est pas ce que j’avais l’intention de faire, je veux que cela soit clair une fois pour toute. Beaucoup de Gladbacher l’ont pris pour un affront. J’étais tellement content de mon premier but que je n’y ai pas pensé et je me suis contenté de courir vers le coin pour célébrer. Il aurait été idiot de traverser tout le terrain pour aller fêter devant la Südtribüne.

Ton premier but en Schwarzgelb, qui a vraiment compté, tu l’as réussi deux semaines plus tard contre Wolfsburg – devant la Südtribüne en plus. Qu’as-tu ressenti ?

Un sentiment incroyable. J’ai dû longtemps attendre mon premier but, le match était en novembre. En plus, c’était le 1-0 important dans cette partie – peu après la pause, après que nous ayons montré une relativement faible première mi-temps. Ce match constitue certainement l’une de mes meilleures prestations du premier tour.

Si nous regardons la première moitié de saison, tu affiches de très bonnes statistiques avec quatre buts et sept passes décisives en Bundesliga. Néanmoins, cela a pris un certain temps avant que tu sois vraiment dans le coup. Pourquoi cela ?

Il est normal qu’un homme ait besoin d’un peu de temps lorsqu’il arrive dans un environnement complètement nouveau. Je trouve que mes matchs étaient corrects aussi au début. Ce qui m’a manqué, c’était le premier but. Le but contre Wolfsburg a rompu le sort, après cela, tout a été plus facile. En ensuite j’ai rapidement pu enchaîner.

Exactement, peu de temps après, la prochaine réussite personnelle est arrivée lors du déplacement à Berlin. Là, tu as sorti une célébration de but un peu spéciale que nous avons revue quelques fois après le match du Hertha. Qu’est ce qui se cache derrière ?

Dan-Axel Zagadou et moi avons imaginé cela. C’est un geste du rappeur français Niska. Jadon Sancho a également célébré avec à Mainz.

Lorsque tu jouais à Mönchengladbach, tu vivais avec ta famille en Hollande. Maintenant, vous avez déménagé ensemble à Dortmund. Ton épouse et tes enfants sont-ils bien installés ?

Ma famille aussi a eu besoin d’un peu de temps. Une nouvelle langue, d’autres gens – mes enfants ont dû quitter leurs amis en Hollande. C’était un peu dur le premier mois. A Dortmund, ils sont maintenant au jardin d’enfants que fréquentent aussi les enfants d’Axel Witsel. Ils ont déjà quelques personnes de référence, ils se sentent de mieux en mieux.

Avez-vous déjà visité la ville ?

Clairement. Nous allons de temps en temps au Phoenix-See, nous sommes déjà allés au zoo de Dortmund ou récemment au Weihnachtsmarkt en ville.

Tu connaissais déjà Axel Witsel de l’équipe nationale, vous vous entendiez déjà très bien. As-tu d’autres bons copains dans l’équipe avec lesquels tu t’entends bien ?

Nous nous entendons tous très bien, l’ambiance est toujours détendue dans l’équipe. Avec les joueurs francophones, donc Axel, Dan ou Rapha, je suis relativement proche en raison de la langue, je suis beaucoup avec eux.

Julian Brandt a dit une fois que Raphaël Guerreiro était le joueur le plus drôle de l’équipe. Tu peux confirmer ?

Oui, Rapha est toujours vraiment drôle ! Dans le vestiaire, à l’entraînement – il sort une blague après l’autre. Toute l’équipe l’aime pour cela, en dehors du terrain il est en quelque sorte comme notre mascotte. Un grand enfant au sens absolument positif du terme.

Quels sont tes objectifs pour la nouvelle année, au cours de laquelle aura lieu l’Euro ?

D’abord comptent les performances avec Dortmund. C’est sur cela que je me concentre. Si je ne livre pas la marchandise ici, mes chances de participer à l’Euro diminuent logiquement. Et que je reste en bonne santé est naturellement aussi important. Nous verrons bien ce qu’il se passera plus tard dans le tournoi.

Et tes objectifs avec le BVB ?

Nous avons défini les objectifs avant la saison et aussi dit ce que nous voulons atteindre. Nous pouvons toujours le réussir, j’en suis convaincu. Pour cela, comme déjà dit, nous devons devenir plus constants et ne pas donner autant de points qu’au premier tour. Mais une chose est claire : nous sommes encore là !

Source: bvb.de

Catégories : Nos Interviews

0 commentaire

Laisser un commentaire

Avatar placeholder

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.