Après la grosse désillusion de Frankfurt, ou plutôt le manque d’envie de nos Jungs, les hommes de Tuchel avait l’occasion de se racheter avec la venue du faux Borussia de Mönchengladbach. Avec la grosse polémique créé par l’égo de notre entraineur, préférant descendre ses joueurs un par un plutôt que de reconnaître ses erreurs à la sauce Guardiola, l’ambiance n’était pas au beau fixe dans les travées de Brackel. Jouer contre un colosse de la Bundesliga n’était donc pas très rassurant, mais plusieurs choses parlaient en notre faveur: Mönchengladbach est tout simplement catastrophique cette saison et leurs performances en Ligue des Champions sont une honte total (Mardi aussi tiens …)

15326604_10208989646471974_5282704656749423530_n

@ Alexandre Fatton / GenerationWS

He can’t stop

Après deux brefs passages au Weihnachtsmarkt pour acheter des cadeaux de Noël, manger des Teutoneries, boire des Glühwein et tirer des théories, il était rapidement temps de se rendre aux alentours du stade pour la traditionnelle tournée des Biergarten. Avec tous ces matchs avec des horaires de m.. dictés par la mafia Sky et la DFL, on s’est presque déshabitué de jouer à domicile les samedi à 15:30. Arrivé aux Biergarten des Westfalenhallen, deux dames en habit neutre nous abordent pour faire un selfie avec elles. C’était apparemment pour envoyer à un supporter des Bleus. Bref, ça commence mal !

Après les matchs à 15h30, il y a un autre retour qui a fait plaisir à tout le monde. Celui de Weidenfeller au Westfallenstadion en Bundesliga ! Certes, Roman Bürki est clairement le numéro un du Borussia Dortmund, mais une chose est sûre, c’est que Weidenfeller ne mérite en aucun cas le traitement irrespectueux de la part de certains « fans », venant la plus part de la francophonie (bizarrement …), après le match à Francfort. Weidenfeller est au club depuis 2002, il a tout vécu tout vécu au BVB et a été et des maintes reprises un héros. Il est tout simplement une Légende ! Et pour ceux qui se réjouissent de sa retraite, il faut tout simplement passer votre chemin car il est sur le point de prolonger son contrat pour une ou plusieurs saison. Comme le titre de la musique d’entré à l’echauffement, il ne peut pas s’arrêter.

15390694_10208989647592002_1543523266814694414_n

@ Alexandre Fatton / GenerationWS

« C’est ça OUS ! »

Tuchel aligne une compo complétement modifiée, alors qu’il s’est fait démonté toute la semaine car il fait beaucoup trop tourner. J’ai rien contre le fait qu’il fasse tourner après un match comme à Frankfurt, mais il serait temps qu’il se décide enfin de trouver un onze type afin de créer les automatismes, qui sont totalement inexistant depuis le début de la saison. Le début du match confirme nos peurs. Marc Bartra, notre spécialiste en la matière, offre généreusement de la tête la balle à Raffael, seul à l’entrée des seize mètres, qui a le champ libre pour shooter. Dès lors, on s’est dit que la match allait être long. Mais Aubameyang remet les équipes à égalité 60 secondes plus tard avec un sensationnel Vorarbeit de Dembélé. Le Gabonais arrive toujours à se faire pardonner après chaque contre performance. Piszczek double la mise 10 minutes plus tard sur corner. Ouf !

La deuxième mi-temps reprend avec une anecdote plutôt sympathique sur la chaine Sky Bundesliga. Reus marque un super but, malheureusement signalé pour hors-jeu. Tom Bayer, commentateur de Sky présent au WS n’a pas remarqué que le but a été annulé et a continué à s’enflammer pendant deux minutes, jusqu’à ce qu’on lui dise dans l’oreillette qu’il y avait hors jeu. Moment à revoir ici. Dortmund joue mieux, mais c’est pas encore ça. Tout de même, Dembélé marque sur un exploit individuel. Cette fois-ci, il a préféré le crochet et le shoot plutôt que d’éliminer son adversaire au risque de perde la balle. Très bon choix et le goal est magnifique ! Ce même Ousmane Dembélé sert Reus qui fait une talonnade à Aubame qui n’a plus qu’à pousser le ballon au fond. Ous ! Si tu m’entend, c’est comme ça qu’il faut jouer ! Samedi c’était pas mal et on espère tous que ça va continuer ainsi.

15355717_10208989650712080_2121063320697947648_n

@ Alexandre Fatton / GenerationWS

Es gibt nur eine Borussia!

Gagner contre Mönchengladbach est toujours l’occasion de rappeler qui est le vrai Borussia. Entre les « Döp döp döp » (en référence à leur musique de goal, ndlr) et « Wir singen Gladbach, Gladbach, zweite Liga oh wie ist das schön, euch niemehr zu seh’n » (Nous chantons Gladbach en deuxième division. Ho comme c’est beau de ne plus jamais vous revoir) de la Südtribune, il ne fallait pas être fan du VfL a ce moment là. Ceux-ci ont quand même fêté leur équipe comme une victoire malgré leur série de non-match.

Cette victoire nous donne une bonne bouffée d’air frais et nous allons fêter ça au Weihnachtsmarkt, où nous avons fait de très belles nouvelles connaissances. L’occasion également pour souhaiter des joyeuses fêtes aux membres de mon fanclub qui était présent samedi. En effet, il ne reste qu’un match à domicile avant la pause et c’est un mardi. Que ça passe vite cette saison. Mais on ne va pas se précipiter trop vite, il y a encore deux matchs à l’extérieur, dont le prochain dans le ville du Dom. Rendez-vous samedi matin sur la patinoire du Weihnachtsmarkt de Köln !

Alexandre Fatton

15400524_10208989648992037_6091620084672281706_n

@ Alexandre Fatton / GenerationWS

About the author

Alexandre Fatton

"Être supporter du Borussia Dortmund, Ça se mérite. Il faut avoir une histoire à raconter. Tu ne le deviens pas du jour au lendemain."

Leave a Comment

Lire les articles précédents :
[2011-2012 – BVB – Borussia Mönchengladbach] Bis !

Ils l’ont refait ! Comme l’an dernier, le Borussia Dortmund a été sacré champion d’Allemagne à domicile lors de l’antépénultième journée,...

Fermer