Roman Bürki est sous contrat au BVB jusqu’en 2021. La prolongation ne devrait être qu’une formalité mais les discussions ont été ajournées en raison de la crise du Covid-19. Mais on imagine mal que nos dirigeants ne renouvellent pas le bail de l’un des favoris de la Südtribüne. En attendant, Roman s’est exprimé dans kicker sur la situation actuelle.

Sur la perte de substance due à la pause forcée :

Je ne peux en parler que pour les gardiens de but. J’ai moi-même remarqué que j’avais un peu perdu la sensation du ballon parce que je n’avais plus la balle dans les mains ou les pieds depuis longtemps. Il manque aussi quelque chose dans les coordinations des sauts. Mais je remarque aussi que cela revient avec le temps à l’entraînement. Cela peut se rattraper assez rapidement. C’est fondamentalement plus dur pour les joueurs de champ, je pense.

Le télétravail comme footballeur.

C’était spécial d’être seulement à la maison. J’ai commencé à lire des livres, ce qui est autrement inhabituel pour moi. J’ai suivi un programme d’entraînement à la maison, bien sûr beaucoup de fitness en faisait partie. Mais j’ai également regardé beaucoup de vidéos spécifiques de gardiens de buts pour regarder ce qu’on pouvait faire chez soi. Je connaissais aussi quelques exercices d’avant, mon père était entraîneur de gardiens de but. Et en tant que footballeur, vous avez de toute façon toujours un ballon à la maison. J’ai essayé de retrouver ce sentiment mais, bien sûr, vous ne pouvez pas bien simuler vous-même. En fait, je ne suis pas du genre à rester à la maison et ne rien faire. On doit déjà savoir s’occuper.

Maintenir une concentration suffisante sans savoir quand l’on pourra rejouer.

C’est difficile. Parce que bien sûr vous pensez à quand cela recommencera. Personne n’a de réponse à cela en ce moment, c’est difficile à prévoir. Mais nous devons tout faire pour poursuivre notre job, nous maintenir en forme, nous entraîner. Parce que nous devons être prêts quand cela recommence. Lors des entraînements, nous essayons de faire des exercices qui nous réunissent à la compétition, qui font plaisir et qui nous rapprochent du football.

Sa perception du risque.

Honnêtement : bien sûr, nous en parlons parmi les joueurs. Il doit être ainsi que seuls les joueurs en bonne santé doivent jouer. Mais le résultat d’un test peut être très différent d’un jour à l’autre. Nous touchons tous le même ballon. Il y a de la sueur sur la balle mais nous prenons encore des balles de la tête. Mais j’espère que les dirigeants trouveront une bonne solution. Car nous nous voulons tous revenir bientôt sur le terrain.

Les matchs à huis-clos.

Quand on a joué à Paris, on entendait très fort les supporters à l’extérieur du stade. Ce n’était pas très agréable de jouer ainsi. Mais si c’est la seule façon de jouer, alors il faut jouer sans spectateurs. J’ai le sentiment que, dans la situation actuelle, les gens auront aussi du plaisir à la télévision. En tant que joueur, vous devez vous y habituer. A Paris, par exemple, aucun d’entre nous n’a réussi ce qu’il pouvait faire. Je suis convaincu qu’à la fin, quand nous aurions mis autant de pression devant des gradins pleins que devant des gradins vides, puis l’ambiance nous aurait poussés encore plus. Cela aurait fait ressortir des pourcentages supplémentaires.

Sa prolongation de contrat reportée.

Le club et moi avons décidé que nous y reviendrons après cette période difficile. Pour le moment, il y a des choses plus importantes. Mais entre Dortmund et moi, ce n’était de toute façon jamais une question d’argent.

Source : kicker.

À propos de l'auteur

Avatar

Julien Mouquin

Un jour, je suis passé devant le Westfalenstadion, j'ai vu de la lumière et j'y suis entré. Depuis, je n'en suis jamais vraiment sorti.

Laissez un commentaire

Read previous post:
[BVB – FC Augsburg 2012-2013] – Fin de règne festive

Il y a sept ans, le 6 avril 2013, malgré sa victoire contre Augsburg, le Borussia Dortmund perdait officiellement, au...

Close