En concédant une égalisation rocambolesque sur le tard contre une bien triste équipe de Mainz, le Borussia Dortmund connaît sa plus mauvaise série de la saison avec un seul point pris lors des deux derniers matchs et voit fondre son avance sur le Bayer Leverkusen. La situation reste favorable mais la pression commence gentiment à monter.

Depuis le début de la saison, de nombreux observateurs, à commencer par les vieux caciques du Bayern Munich, Uli Hoeness en tête, prévoient un effondrement du Borussia Dortmund si cette équipe devait connaître une mauvaise passe et enchaîner quelques matchs sans victoire : équipe trop jeune, pas assez d’expérience, pas assez de joueurs leaders… Jusqu’alors, les Cassandre en avaient été pour leurs frais car, après chaque défaite, le BVB avait enchaîné avec une victoire souveraine. Et la seule fois où le Borussia était resté deux matchs de suite sevré de victoire (nuls contre Schalke et à Kaiserslautern), il avait ensuite aligné deux succès probants contre St. Pauli et le Bayern. C’est dire qu’après la défaite à Hoffenheim, on attendait une réaction dortmundoise avec la venue au Westfalenstadion du FSV Mainz.

Départ en fanfare

Cette réaction ne s’est pas fait attendre puisqu’après moins de dix minutes le BVB avait déjà ouvert le score sur un coup-franc de Mario Götze et une déviation de Mats Hummels qui échappe au gardien Christian Wetklo, le sauvetage désespéré d’un défenseur n’intervenant que derrière la ligne de but. Enfin, sur le moment, on n’a rien compris à ce qui s’est passé, sans doute parce que cela situait devant la Nordtribüne, à l’opposé de nos places. Ou peut-être à cause des nombreuses bouteilles de blanc éclusées dans le bus qui nous amenait dans la Ruhr et des deux heures d’avant-match dans les Biergarten, va savoir. Toujours est-il qu’en entendant l’explosion de joie du Wetsfalenstadion, on a fini par comprendre que le ballon avait bien franchi la ligne, ça commençait plutôt bien.

La malédiction du pénalty

Le match aurait pu et dû être plié dix minutes plus tard lorsque Lucas Barrios est parti seul au but et a lobé Wetklo, il n’aurait plus eu qu’à marquer dans le but vide si le dernier rempart mayencennois ne s’était fait l’auteur d’une vilaine agression, genou en avant, sur l’attaquant paraguayen. Là je devrai dire « à la Harald Schumacher » mais le pathétique Christian Wetklo n’a pas assez de talent pour être comparé à l’immense Toni, alors je dirai plutôt à la Victor Valdes. Le pénalty s’imposait mais il aurait dû être doublé d’un carton rouge, d’une part pour l’agression (touché au foie et aux côtes, Barrios devra céder sa place quelques minutes plus tard), d’autre part pour la faute de dernier recours. Las, M. Brych ne sort que le carton jaune et cette erreur impardonnable n’est pas sans conséquence puisque Wetklo détourne le pénalty bien mal tiré par Nuri Sahin. Depuis le départ d’Alex Frei, il y a vrai problème de transformation des pénaltys au Borussia Dortmund puisque Sahin, le tireur attitré, vient d’en rater quatre de suite ! Et pourtant il ne joue pas en équipe de Suisse ; en tous les cas, le jeune international turc a déclaré qu’il ne voulait plus les tirer, on espère juste que le BVB ne va pas jouer le titre sur un pénalty à la 92e minute du dernier match, parce que là ce serait très mal barré.

L’accident

A part ce pénalty, Dortmund aura d’autres occasions de classer l’affaire mais Piszczek, Lewandowski deux fois, Blaszczykowski, Hummels ou encore Sahin ne trouveront pas le cadre. Le schéma est récurrent dans ce deuxième tour : on commence par se dire que Dortmund est parti pour soigner le goal-average puis, à mesure que le temps passe, que finalement ce 1-0 fera très bien l’affaire, de toute façon l’adversaire est incapable de ce créer la moindre occasion de but. Sauf que l’accident est toujours possible et, comme contre Stuttgart et à Kaiserslautern, l’accident va se produire. Il y a eu un premier avertissement sans frais à la 58e avec un but annulé sur un ballon anodin relâché par Weidenfeller sur Allagui, justement signalé hors-jeu. Le peu rassurant Weidi a vraiment de la chance : il commet presque autant de boulettes qu’avant, mais, depuis deux saisons, celles-ci ne portent presque jamais à conséquence. L’accident va tout de même se produire à la 89e : Subotic reçoit un ballon à bout portant dans les parties sensibles et reste allongé à l’orée des seize mètres, tout le monde pense que l’arbitre va interrompre le jeu ou que Mainz va sortir le ballon, surtout que ce n’est pas vraiment le genre du BVB de rester au sol pour jouer la montre, mais non, le Karnevalsverein poursuit l’action et profite d’une défense désorganisée pour égaliser un peu fortuitement par Petar Sliskovic.

Mainz est tragique

Je te laisse imaginer l’excitation dans le Westfalenstadion après cette forfaiture ; en plus d’avoir bafoué les règles élémentaires du fair-play, les Mayencennois feront preuve d’une mauvaise foi crasse après le match en prétendant n’avoir pas vu que leur ex-coéquipier Subotic était au sol, ce qui est complètement faux. Et de toute façon, même s’ils n’avaient rien vu, les huées du Westfalenstadion auraient dû le leur faire comprendre. Bref, triste équipe, triste mentalité et l’on n’allongera pas sur les provocations stupides de l’ignoble Wetklo devant la Südtribüne après le match, on espère vraiment que ce club échouera dans sa quête d’une place européenne… Eh, oui, en quelques minutes, Mainz a eu l’insigne honneur de prendre place sur la liste des équipes détestées par le soussigné. En fait, c’est assez facile d’y entrer sur cette liste, c’est beaucoup plus difficile d’en sortir. Mais j’imagine que si je multiplie les piques sur l’affreux FSV Mainz 05 dans les mois et semaines à venir, cela provoquera moins de réactions de vierges effarouchées que les vannes sur d’autres équipes assez peu respectueuses des règles élémentaires du fair-play et de la bienséance.

L’avance fond…

Reste que, nonobstant les péripéties du match, cela fait surtout une avance du BVB sur Leverkusen qui s’est réduite de 12 à 7 points en seulement huit jours. Incontestablement, ce n’est plus le même Dortmund qu’au premier tour : l’absence du virevoltant Kagawa commence à se faire ressentir, la réussite n’est plus au rendez-vous et les adversaires laissent beaucoup moins d’espace. Séville et Paris ont montré l’exemple en Europa League, Dortmund est beaucoup moins efficace contre une équipe qui défend très bas puisqu’il ne peut trouver le rythme, le mouvement et les espaces nécessaires à son jeu. Manifestement, beaucoup d’équipes de Bundesliga ont retenu la leçon, ce n’est pas un hasard si les deux meilleurs matchs du Borussia en 2011, ce sont les chocs contre Leverkusen et le Bayern qui ont eux joué de manière ouverte.

…la pression monte

Mais c’est surtout mentalement que la donne a changé : au premier tour, un BVB euphorique surfait sur la vague du succès, avec l’insouciance de la jeunesse, le titre n’était qu’une hypothèse vague et lointaine. Tandis qu’en se retrouvant avec 12 points d’avance à 9 matchs de la fin, le titre est devenu presque un impératif : la ligue a aménagé les horaires des derniers matchs pour que Dortmund joue toujours après ou en même temps que Leverkusen pour éviter d’avoir à fêter le titre devant la TV après une défaite de son dernier poursuivant, une nouvelle pelouse a été commandée pour le cas où le sacre devait être fêté plusieurs journées avant la fin du championnat et le terrain envahi par des supporters désireux de ramener une motte en souvenir et il a déjà été planifié de boucler un tronçon de la mythique Bundesstraße 1, la route qui traverse l’Allemagne d’est en ouest, de la frontière hollandaise aux confins de la Pologne, pour organiser la fête qui doit suivre la remise du Meisterschale lors de la dernière journée, le centre-ville ne possédant pas de place assez vaste pour accueillir les 400’000 fans attendus ce jour-là… Forcément, toute cette effervescence autour du club induit une pression supplémentaire qui n’existait pas au 1er tour, où la seule pression qui régnait au Westfalenstadion, c’était la délicieuse Brinkhoff’s, et cela commence à peser sur le rendement de l’équipe. Certes, avec sept points d’avance sur Leverkusen à sept matchs de la fin et un calendrier a priori plus favorable, Dortmund reste en ballotage favorable mais on n’oubliera pas qu’en 2002, à trois matchs de la fin, Neverkusen comptait cinq points d’avance sur le BVB, qui était tout de même devenu champion. C’est dire si le Borussia ne devra pas se rater lors du prochain match, à domicile contre Hanovre, sinon la tension va devenir intenable et les sombres présages des Cassandre commencer à se vérifier.

Borussia Dortmund – FSV Mainz 05 04 1-1 (1-0).

Signal Iduna Park, 80’720 spectateurs (guichets fermés).

Arbitre : M. Brych.

Buts : 8e Hummels (1-0), 89e Sliskovic (1-1).

Dortmund: Weidenfeller; Piszczek, Subotic, Hummels, Schmelzer; Bender, Sahin (88e Kehl); Blaszczykowski (70e Zidan), Götze, Grosskreutz; Barrios (31e Lewandowski). Entraîneur: Jürgen Klopp.

Mainz : Wetklo; Bungert, Svensson, Noveski, Fuchs; Polanski (87e Heller), Fathi, Holtby (76e Risse), Soto; Allagui (78e Sliskovic), Schürrle. Entraîneur: Thomas Tuchel.

Cartons jaunes: 17e Wetklo, 61e Subotic.

Notes: Dortmund sans Kringe ni Kagawa (blessés), Mainz privé de Müller, Karhan, Szalai (blessés) et Caligiuri (malade).

Classement (27 matchs) : 1. BVB 62 2. Leverkusen 55 3. Hanovre 50 4. Bayern 48 5. Mainz 42 6. Nürnberg 40 7. Hambourg 40 8. Freiburg 37 9. Hoffenheim 36 10. Schalke 33 11. Köln 32 12. Bremen 32 13. Kaiserslautern 31 14. Francfort 31 15. Stuttgart 29 16. St. Pauli 28 17. Wolfsburg 27 18. Mönchengladbach 23.

Catégories : Au StadeRetro

0 commentaire

Laisser un commentaire

Avatar placeholder

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.