Entreprise suisse, Viagogo est une plateforme bien connue d’achat et de vente en ligne de billets pour des événements tels que des concerts, des festivals ou encore des événements sportifs, dont le football. Si cette dernière représente pour certaines personnes un moyen simple et facile pour pouvoir accéder à des matchs de football, elle est chez d’autres une véritable ennemie à abattre.

Plus de touristes, moins de véritables supporters

Les prix sur Viagogo sont généralement abusifs. Pour le premier match de Bundesliga contre Mainz, les billets sont revendus de deux à dix-sept fois plus cher que le prix d’achat. Étant donné que la grande partie des fans du BVB habitant la Ruhr sont de la classe ouvrière, il est totalement impossible pour eux d’acheter un billet à des prix aussi élevés. Ainsi, ces billets sont achetés par des Allemands ayant de grands moyens, mais surtout, le plus souvent, comme on peut le voir dans les travées du WS, par des fans touristiques qui ne connaissent le BVB que depuis la saison 2012-2013.

Il y a un gros sentiment d’injustice au sein des supporters Jaune et Noir, comme nous l’explique un gérant d’un petit hôtel au centre-ville de Dortmund, qui est un fan de longue date, « je ne vais pas souvent au stade, car il est devenu difficile d’obtenir des billets, même pour les membres du club. Pendant ce temps, beaucoup de nouveaux fans viennent voir des matchs au Westfalenstadion avec un billet acheté sur Viagogo. »

Les vagues de touristes posent également un autre grand problème. Celui de la forte diminution de l’ambiance. La plupart des Viagogistes ne parlent pas la langue locale, ne connaissent pas les chants et donc, ne participent pas à l’ambiance. Il est également devenu fréquent d’entendre des sifflets envers les joueurs suite à une mauvaise performance, chose qui n’existait pas avant. « Je ressens de plus en plus une baisse de la ferveur dans le stade », reprend le gérant de l’hôtel.

Arnaque et mauvaise image

Sur les sites de revente, il n’est, de nos jours, pas rare de tomber sur un vendeur malhonnête. Contrairement à ce qui est marqué sur le site Viagogo, les billets ne sont jamais garantis. Les cas d’arnaques et de plaintes sont de plus fréquents. Le journaliste Stefan Merx en a même fait l’expérience lui-même en voulant tester le système. Un deal remplit de mensonge, chantage et qui montre bien la véritable image de Viagogo.

Sachez également que la vente de billet avec bénéfice, que ce soit avec Viagogo, un autre équivalent ou directement entre particuliers, reste une pratique illégale. Cela est même directement stipulé dans les conditions de vente des billets. Ainsi, chaque ticket identifié comme revendu avec bénéfice peut-être annulé tandis que le vendeur comme l’acquéreur peuvent être sanctionnés.

Sauf à renforcer considérablement les contrôles aux entrées, et donc d’allonger le temps d’attente, les clubs n’ont pas forcément les moyens d’identifier les personnes détenteurs de ces billets. Toutefois, les choses pourraient changer.

Le meilleur exemple se trouve du côté du 1. FC Köln où le club a introduit un contrôle systématique des cartes de membres pour ses déplacements et a même mandaté deux avocats afin d’attaquer en justice les bénéfices réalisés par ces sociétés sur le dos du club. Et il est également question de tels contrôles dans la plupart des clubs du pays.

D’ailleurs, les supporters, longtemps réticents, sont de plus en plus nombreux à souhaiter un renforcement des contrôles pour éviter cette invasion de touristes qui ne respectent rien. Lorsque de tels individus sont identifiés dans un bloc réservé aux membres ou aux abonnés, et généralement ils le sont assez rapidement, les habitués ont de plus en plus tendance à leur faire comprendre que leur présence n’est pas souhaitée.

En déplacement, on a même vu des touristes se faire expulser sans ménagement du bloc visiteur non pas par la sécurité, mais par des ultras du BVB eux-mêmes, comme cela se pratique déjà depuis longtemps en Allemagne de l’Est avec en tête de file les ultras Dynamo Dresden et leurs milices informelles qui chassent les touristes et les espions venus de groupes ennemis. Un mouvement qui pourrait prendre de l’ampleur vu les tensions croissantes avec les ultras et autres fidèles qui craignent d’être dépossédés d’un stade qu’ils ont pourtant animé pendant toutes les années de vaches maigres.

Acheteur? Vendeur? Club? Qui est le véritable responsable?

Au Westfalenstadion, c’est souvent les acheteurs du billet qui sont pointés du doigt ou sèchement critiqués. Ils participent effectivement au succès du marché noir « légal ». Mais ils n’en ont pas l’entière responsabilité. En effet, s’il n’y a pas de billet en vente sur les sites, il n’y a pas d’acheteur. Les revendeurs de billet, qui sont pourtant membres du club, ont donc une énorme part de responsabilité. Par exemple, un membre ayant son abonnement au Block 13 de la Südtribüne, celui des ultras, peut entièrement le rentabiliser en le louant pour un match peu attractif via la plateforme en ligne.

Mais qu’en est-il des clubs ? Quelques clubs, comme le VfB Stuttgart ou le FC Bayern, étaient devenus partenaire Viagogo. À Stuttgart, une partie des billets vendus étaient directement en vente sur Viagogo. Quant au Bayern, si un abonné ne pouvait pas se rendre au match, il avait la possibilité de proposer son abonnement sur Viagogo au prix de vente d’une place normal. Celui-ci touche 80% de la vente tandis que le club et le site se partageant le reste. C’est un système win-win-win où tout le monde est gagnant. Être partenaire Viagogo implique donc un marché parfaitement légal et à prix abordable.

En ce qui concerne les grands clubs qui ne sont pas partenaire Viagogo, comme le Borussia Dortmund ou Schalke, il n’y a pas un réel combat contre le marché noir de la part des directions. Malgré que ces dernières soient conscientes du problème, très peu de sanctions ont été prises contre les détenteurs de carte saison qui louent leur sésame au prix fort. Ces non-réactions ne sont pas étonnantes. Selon les bruits qui courent au sein de la Südtribüne, le Borussia Dortmund serait en train de collaborer secrètement avec Viagogo.

L’initiative viaNOgo

Un autre exemple est celui de son voisin de la Ruhr. Les dirigeants des bleus ont pris la décision d’avoir une collaboration étroite avec Viagogo en devenant partenaires. Cependant, cela a provoqué les fureurs des supporters Königsblau. Très attachés à leurs traditions, ces derniers ont lancé l’initiative « viaNOgo ». Dans une lettre ouverte destinée à Clemens Tönnies, président du club, le comité de l’initiative en question n’a pas hésité à rappeler certains faits ; « Plus du 80% des membres se sont prononcé contre un partenariat avec Viagogo. L’assemblée a été interrompue à cause des chants anti-Viagogo qui ont retenti dans l’Arena (l’assemblée des membres se déroulait dans le stade, ndlr). » Le club a finalement fini par céder à la pression populaire en stoppant rapidement son partenariat avec la plateforme de vente en ligne.

Cet épisode aura même valu un énorme soutien de la part des supporters du BVB. « Séparé par les couleurs, uni dans la cause » lançait ainsi le regroupement Südtribüne. Malgré une première victoire, le combat viaNOgo continu à travers différentes actions. Un autre regroupement similaire avait été lancé avant cela à Dortmund au nom de « Kein Zwanni – Fußball muss bezahlbar sein » ce qui signifie « le football doit être abordable ». Le but de cette initiative est de lutter contre le prix abusif des billets. Des valeurs qui comptent encore en Allemagne, et encore plus dans la Ruhr.

« Mais alors, comment faire pour avoir des billets au Westfalenstadion? »

Vous l’aurez compris au travers de cet article, Viagogo est la solution la plus facile d’obtenir des billets, mais certainement la moins bonne et intelligente. Bien que l’on ne soit là pour faire la morale, nous ne pouvons que vous conseiller d’obtenir vos billets via les autres alternatives disponibles. Mais, surtout, avant de commander son précieux sésame, apprendre un minimum les chants du club, la langue et s’intéresser à la culture du football en Allemagne. Si cette recommandation parait logique, elle n’est malheureusement pas forcément dès plus visible. La dernière Supercup est là pour en témoigner. De plus, ce conseil ne vous sera que bénéfique dans votre expérience, que ce soit dans le stade, la ville et surtout avec les locaux. Cela vous évitera de passer pour un touriste et de vous sentir agressé par les mauvais regards.

Ensuite, visez les matchs peu attractifs. Ce sont les seules où l’on trouve une vente libre. Pour cela, il faut se rendre régulièrement sur la billetterie du club afin de voir les dates de mise en vente. Évidemment, Dortmund oblige, il faut se montrer ponctuel ; le reste des billets part en un rien de temps.

Enfin, le meilleur moyen de se procurer des billets reste de se faire des connaissances avec des supporters bien en place et de créer du lien avec eux. En plus de pouvoir savourer vos déplacements et d’échanger avec d’autres supporters du club, ces derniers pourront vous donner des pistes afin d’obtenir des billets, voire s’arranger pour directement récupérer les billets sur place ou, encore mieux, pouvoir vous intégrer dans un Fan’s Club. Billets et émotions garantis.

Alexandre Fatton

About the author

Alexandre Fatton

"Être supporter du Borussia Dortmund, Ça se mérite. Il faut avoir une histoire à raconter. Tu ne le deviens pas du jour au lendemain."

Leave a Comment

Lire les articles précédents :
Supercup d’Allemagne, le mode d’emploi

Dimanche, le Borussia Dortmund jouera son premier match officiel 2016-2017 contre le Bayern Munich dans le cadre de la Supercup....

Fermer