Comme nous vous l’avons fait plusieurs fois parvenir, nous sommes ouverts pour tout fans du BVB (ou non) qui veulent s’exprimer sur le club par le biais d’un article libre. C’est ce que a fait Louis, 15 ans, habitant Vevey en Suisse, fan du BVB depuis l’âge de 10 ans. Il qui va vous raconter son premier match de Königsklasse à Moncao.
 
Après ce qu’il s’est passé au match aller, on ne pouvait rien reprocher à nos Jungs, quoiqu’il arrive! S’ils se qualifient, c’est magnifique et, si malheureusement ils ne passent pas et bien, ce n’est vraiment pas grave, le match de Königklasse étant l’un des moins important, par rapport à ce qu’il reste à venir en Buli et, bien sûr, en Pokal.
Je propose de vous faire un résumé de la journée de mercredi avec tout ce qu’il s’est passé avant, pendant, et après le match.
Je me pars de mon hôtel  environ vers 11 heures, histoire d’aller manger un morçeau sur le Rocher. En chemin, je rencontre un bon nombre de Borussen venu profiter de visiter la ville avant le match, quelques-uns sont francophones. Monaco ayant interdit le rassemblement en cortège des fans et, surtout, la consommation d’alcool dans la ville avant le match (pour tout le monde, Borussen ou non), les Allemands se déplacent uniquement par petits groupes. Il fait beau et tout le monde semble heureux.
 

© Louis Dubath

 
La journée se passe bien et, vers 18 heures, je décide de me rendre au stade (toujours accompagné de mon paternel). Nous arrivons une demie heure plus tard et devons patienter un petit moment pour rentrer. Une fois arrivé dans le stade, je suis frappé de l’aspect de « Petit club » qu’il renvoie: les buvettes proposent des barres chocolatées et les boissons en vente (toujours sans alcool, cette fois c’est l’UEFA qui décide) sont notées sur un bout de papier collé avec du scotch ! Grâce à cela, on a l’impression que tout le monde se connaît et l’ambiance est vraiment bon enfant, surtout depuis les événements du match aller qui ont rapprochéé les fans des deux camps. Il a fait beau toute la journée mais, avant le match, la pluie et une bise glaciale se lèvent. N’ayant pas pu savoir ou je serai assis, je me retrouve en plein milieu des monégasques, juste pas dans les « ultras ». Pour l’occasion, le stade fait le plein, et le mur jaune de Monaco est, cette fois, rouge. Nos fans ont, comme toujours, répondus présents et sont, d’après le chiffre annoncé, 1300. Lors de l’annonce des équipes, Tuchel a comme, à son habitude, créé la surprise en alignant Durm à droite alors que l’on pensait plutôt à Dembélé ou Pulisic. Il faut également noter l’alignement de Sahin et Kagawa pour la 2ème fois d’affilée et ça fait vraiment plaisir.  Le speaker explique que, après les évènement du match aller , « les deux clubs sont liés à jamais » et qu’un « You ‘ll never walk alone » sera  joué. Les fans monégasques ne connaissant pas la musique, c’est assez creux mais vu qu’ils lèvent leurs écharpes en l’air et jouent le jeu, c’est tout de même (un peu) émouvant; nous, supporters de Dortmund chantons à demi étant pris au dépourvu de cette annonce subite. Le match démarre et, à la 4’ minute, Monaco  ouvre le score suite à un renvoi catastrophique de Burki sur une frappe lourde mais tout de même prenable, Mbappé n’ayant plus qu’à la pousser au fond. Après ce but, nos jaunes et noirs tentent de se ressaisir mais les erreurs tactiques et technique sont trop présentes et on les sent trop facilement prenables en contre…
Reus obtient un très bon coup-franc quasi sur la ligne des 16, et Sahin ( qui était à nouveau en bonne forme ) tire en plein sur l’équerre; quand la chance n’est pas là elle, elle ne revient souvent pas…
Comme d’habitude,un peu après ça, Monaco part en contre et, suite à un marquage catastrophique de Durm, un centre arrive dans les 16:  Ginter observe Falcao  tromper Bürki de la tête. 2-0 23′. C’est trop pour Tuchel qui décide de sortir Erik pour Dembélé (25′). Suite à ça, Dortmund domine mais est toujours très fébrile en défense. Mi-temps, 2 à 0, difficile d’y croire.
 

© Louis Dubath

 
Durant la mi-temps, Tuchel décide, bizarrement, de sortir Sahin pour Schmelzer. Dès le retour des vestiaires, on sent le Borussia plus appliqué, mieux en place et il arrive même à marquer après une superbe action collective conclue par Reus; on commence de nouveau à y croire, étant donné que c’est la 46ème; je prends même un fan borussen à côté de moi dans mes bras.
Le match tourne après cela en faveur totale de Dortmund qui jusqu’à la 65 ème, est tiré en avant par Dembélé. C’est jusqu’à cette minute que le Borussia a les occasions franche mais, après l’entrée de Pulisic pour Guerreiro et le repositionnement de Dembélé dans l’axe, les feux s’éteignent peu à peu et Monaco est de plus en plus dangereux en contre. On n’y croit plus trop. L’équipe est un peu à l’image de Reus aujourd’hui, bonne avec la balle, passive et ailleurs sans. Malgré cela, les fans de notre Club donnent toujours de la voix et impressionnent fortement au stade Louis II. La fin du match est pour Monaco et, sur une passe en retrait ratée de Pisczceck, Germain marque le 3-1. Tout espoir est désormais balayé.
 
La fin du match est sifflée et les joueurs vont saluer les fans qui chantent, en coeur, « Nur der BVB », un très beau moment.
Pour ma part, je rentre à l’hôtel un goût amer dans la bouche, réalisant que ça tient a peu de choses mais restant toujours fier de mon club. Sur le chemin du retour, je repense à tout mais reste heureux d’avoir fait le déplacement et espère un retour en feu en Buli et la Pokal pour nous, cette année.
Depuis mon hôtel, je peux voir le cortège des fans du Borussia marchant en silence, interdit de chanter, on est tout de même à Monaco ! Nur der BVB !
 
Louis D.
 

© Louis Dubath

 

À propos de l'auteur

tribunelibre

Laissez un commentaire

Lire les articles précédents :
Questionnaire semaine 7 – « Anecdotes » et « Gastronomie »

Fermer