Haut de 70 mètres, anciennement une brasserie et aujourd’hui transformé en un centre d’art et de créativité, le Dortmunder U est un bâtiment important et une figure de la ville de Dortmund. Facilement apercevable depuis le train en provenance de Bochum, il nous annonce l’imminence de l’arrivée du convoi à la gare centrale. Son grand U qui se trouve sur le toit est même considéré comme l’étoile de Dortmund, car il est illuminé la nuit. Ce bâtiment a pris une telle importance dans l’imaginaire collectif dortmundois que nous avons même choisi de l’arborer sur le font du logo de ton site préféré. Présentation du U dans l’histoire.

© Christian Lamker / fotocommunity.com

Dortmunder Union Brauerei

En 1926, le marché de la bière est en plein boom à Dortmund. La plus grande brasserie d’Europe, la Dortmunder Union Brauerei, avait besoin d’un nouveau bâtiment, afin de continuer à se développer. Ils ont alors mandaté le célèbre architecte dortmundois, spécialisé dans la construction de brasserie, Emil Moog, afin de construire un bâtiment répondant à la forte demande, non seulement de la Bierhauptstadt, mais aussi de l’exportation.

Construite en 1927, la tour du Dortmunder constituait une véritable révolution. En effet, en plus d’être la première tour construite à Dortmund, c’était également la première brasserie dans une tour. Cela permettait d’occuper un site plus petit qu’une brasserie normale, laquelle a généralement besoin de beaucoup de terrain. Le processus de brassage s’écoulait de haut en bas avec la pesanteur, ce qui représentait une grande innovation. La grandeur du bâtiment est rapidement devenu un symbole de puissance et de fierté pour la ville

Toutefois, cet engouement a été freiné au début des années 30. En raison de la crise économique mondiale, plus du septante pour-cents des habitants de la Ruhr se sont retrouvés sans emploi et cela a eu une répercution sur la consommation de bière. Avec la prise du pouvoir des nazis sur l’Allemagne, Union a anticipé la guerre qui s’annonçait et a construit un tunnel reliant la tour aux bureaux de l’entreprise afin de protéger ses collaborateurs. Aujourd’hui le bâtiment des bureaux est resté intact de l’extérieur, alors que l’intérieur à été réaménagé en hotel 4 étoiles (Novum Hotel Unique). Son existence a aujourd’hui été oubliée par beaucoup mais le tunnel est toujours présent, même s’il est séparé en deux en raison de la construction du métro et de la station Westentor.

Pendant la guerre, Union Brauerei a continué son activité et livrait même la bière pour les soldats allemand sur le front. Malgré cela, la production a baissé en raison du manque cruel de matières premières. Entre 1944 et 1945, Dotmund fut fortement touchée par les bombardements. La quasi totalité du centre ville à été détruit ainsi que tout ses bâtiments important, sauf un ! Le bâtiment de la brasserie a survécu presque sans subir le moindre dommage, un vrai miracle, à l’instar du Dom de Köln, lui aussi miraculé d’une ville noyée sous les bombes.

Dans les années 50, l’économie dans le Ruhrpott reprend de la vigueur et beaucoup de travailleurs viennent étancher leur soif dans les Kneipen de la ville. De quoi relancer le rouleau compresseur. Durant l’année 1956, Union produit plus d’un millard d’hectolitres, ce que constitua alors un record mondial. La même année, Dortmund est devenue la capitale européenne numero un de la bière. À la fin des années 60, un grand U, logo de Union, est posé sur le toit de la tour, dans le but de symboliser le succès de la brasserie, dans un premier temps en papier cartonné, puis remplacé par un grand U lumineux de 9 mètres (qui sera même plaqué en or par la suite). C’est pour cette raison que le bâtiment est appelé « Dortmunder U ».

© Olaf Mahlstedt / LWL-Medienzentrum für Westfalen

Déménagement de Union et réaménagement

DUB fait une grosse erreur de stratégie dans les années 70. Ils ont pensé que tout allait continuer sur la pente montante, sans se soucier des concurrents, qui se sont très bien développés, notamment en Allemagne et en Tchéquie. En même temps, la demande à l’export était en baisse. En 1994, Union est contrainte de quitter son Dortmunder U après 67 ans de production. Ce dernier deviendra un simple bâtiment abandonné, se dégradant avec le temps, comme beaucoup d’autres dans la Ruhr.

Beaucoup d’idées de réaménagement ont été mises sur la table, mais il n’y avait personne pour investir dans un projet, ce qui « sauva » le bâtiment d’une déconstruction et le rendra donc définitivement invisible. En 1998, un groupe de Dortmunder, craignant de voir un symbole de la ville périr, ont organisé une exposition internationale d’art dans la tour. Les travaux d’installation de l’exposition ont duré plus d’une année mais cela en valut la peine, car l’exposition fut un véritable succès. L’idée est donc venue de transformer la brasserie en un centre d’art et de culture, mais cela ne se concrétisera que dix ans plus tard, à nouveau faute d’investisseur. En janvier 2008, le Dortmunder U est choisi pour l’événement « Ruhr.2010 Kulturhauptstadt Europas » et sera totalement rénové. Le coût du projet se monte à 46 millions d’euros, financés à 50% par l’Union européenne, 20% par le Nordrhein-Westfalen et 30% par la ville de Dortmund (chiffres de Wikipedia).

Le producteur de film et professeur à la Haute École Spécialisé de Dortmund, Adolf Winkelmann, a profité de la rénovation pour proposer son projet. « Tout a commencé par une idée folle » dit-il. Cette idée est de poser un écran composé de 1.7 millions de LED sur le toit du Dortmunder U. Le but est d’y passer des petits films pour « raconter chaque jour une nouvelle histoire ». La rénovation s’est terminée juste à temps pour l’inauguration de Ruhr.2010, malgré quelque soucis d’ordre technique. Seule une salle au sous sol est restée intacte, tout le reste a changé.

©minimax.de

Centre d’art et de créativité

L’idée de créer un centre d’art de créativité permanent est revenue sur la table suite à la rénovation pour Ruhr.2010. À chaque étage, on trouve une activité différente: une salle de conférence, un cinéma/théatre, le musée du Ostwall, une salle d’exposition libre, un restaurant et une terrasse pour la vue. Tous les étages peuvent être visités librement. Le restaurant est transformé le weekend en boite de nuit, la plus grande du Ruhrgebiet; c’est d’ailleurs là que joueurs et staff du BVB avaient célébré le Meisterschale 2011.

En outre, le premier étage constitue une partie de la Haute École Spécialisé de Dortmund pour les branche de l’art et la créativité. Des centaines de jeunes y sont formés chaque année. La créativité, c’est le mot pour désigner le renouveau du U, à tel point que le quartier a été renommé « Union Viertel » avec justement pour thème la créativité. Dans ce quartier, tous graffitis, dessins et peintures sont permis. Des propriétaires d’immeubles ont même offert leurs murs pour que des jeunes puissent s’exprimer en exerçant leur art dessus.

Il est également très frequent de voir des musiciens gratter leur guitare devant le bâtiment sur la grande Emil Moog Platz, baptisée en l’honneur de l’architecte qui a imaginé cette tour et sans qui le miracle du Dortmunder U n’aurait pu être possible. C’est maintenant connu de tous: il est presque impossible de parler de Dortmund sans parler du BVB. Bien que dans cet article nous avons essayé de ne pas (trop) parler de football, il est quand même nécessaire de dire que les écrans du U brille aux couleurs du Borussia Dortmund les jours de match à domicile, par le biais de joueurs de babyfoot jaunes et noirs. Le Dortmunder U c’est le symbole qui réunit tout le monde dans la Bier-, Kultur- und Fußballhauptstadt. Comme le dit le nouvelle hymne de la ville chanter par le duo Rote Erde (duo qui à décidé de rester anonyme car le coté financier de la musique ne les intéresse pas): « le grand U est notre étoile, qui brille très fort sur la ville », le Dortmunder U est le symbole de la ville et veillera à jamais dessus, car il est invincible.

Alexandre Fatton

©minimax.de

Sources :

Inspiré de « WDR – Geheimnis Dortmunder U »

Stadt- und Landesbibliothek Dortmund

About the author

Alexandre Fatton

"Être supporter du Borussia Dortmund, Ça se mérite. Il faut avoir une histoire à raconter. Tu ne le deviens pas du jour au lendemain."

Leave a Comment

Lire les articles précédents :
Ewerthon Henrique de Sousa : l’homme du Meistertor

Il y a des joueurs qui ont marqué l’Histoire du BVB par leurs succès, leur fidélité ou leur talent. Et...

Fermer