Ce Derby entre les deuxièmes garnitures du Borussia Dortmund et de Schalke 04 n’a fait l’objet d’aucune couverture télévisée. Il n’a donc été vu que par les 3’359 irréductibles Fans présents au Kampfbahn Rote Erde. Mais, si les absents ont comme toujours eu tort, ils peuvent se faire une bonne idée de ce à quoi a ressemblé ce match en revisionnant le Derby disputé par les premières équipe des deux clubs en octobre dernier : un 0-0 au cours duquel il ne s’est pas passé grand-chose.

En raison de la présence des interdits de stade, les matchs de notre deuxième équipe sont considérés comme « à risques ». D’ailleurs, la fouille – avec détecteur de métaux ! – est bien plus sévère en Regionalliga que pour un match de Bundesliga à 80’000 spectateurs dans le Westfalenstadion voisin. Alors pour limiter les « risques », la ligue essaie de programmer toujours les matchs de nos Amateure en même temps que ceux de nos Profis pour limiter l’affluence. Et c’est bien dommage, car notre deuxième équipe livre un premier tour magnifique et peut toujours rêver d’une accession à la finale de promotion en Dritte Liga.

Wir wollen den Derbysieg !

Mais, en ce samedi de décembre, nos Profis ont joué la veille à Hoffenheim et nous sommes donc libres pour aller voir jouer nos U23. Cela tombe bien, c’est jour de Derby, puisque nous recevons la deuxième garniture de Schalke et nous sommes en manque de Derbysieg après le score nul er vierge frustrant après un match sans relief ni passion en octobre dernier. Après une courte nuit du côté du côté de Mannheim suivant le match à Hoffenheim, je rejoins donc le Ruhrpott avec ma panoplie de fan de notre Zweite, un t-shirt Helden der Rote Erde, un hoodie Amateure Alle et un maillot floqué Bonman, même si notre gardien est absent puisqu’il était sur le banc la veille avec les Profis à Sinsheim.

Nous sommes 3359 à avoir fait le déplacement du Rote Erde pour ce dernier match de l’automne pour notre deuxième équipe. Une affluence respectable pour un match de quatrième division par un après-midi ensoleillé mais glacial de décembre… On notera la présence d’une petite vingtaine de fans des Blauen, immense respect à eux : il fallait être motivés pour venir se faire insulter à Dortmund alors que leur première équipe jouait en même temps contre Freiburg à domicile. Leur présence était d’autant plus méritoire qu’a priori leur équipe ne partait pas favorite puisqu’elle lutte contre la relégation dans ce groupe de Regionalliga West, alors que nos Jungs pouvaient, en cas de succès, s’assurer un titre virtuel de champion d’automne. Malgré notre rivalité, nous nous sentirons toujours plus proches d’un fan d’Herne-West qui vient voir jouer sa deuxième équipe que de certains Modefans qui arborent les même couleurs que nous pour venir se faire mousser avec des billets rachetés 200 euros pour une affiche de prestige contre Real ou Bayern…

Quelle ambiance !

Comme toujours avec notre deuxième équipe, l’ambiance est splendide. S’il n’y a peut-être pas la quantité, la qualité est là. Le match débute par un somptueux tifo dans la vielle tribune du Rote Erde, dans l’ombre de l’Osttribüne du Westfalenstadion. Puis ce seront 90 minutes de chants ininterrompus, malgré un match pas franchement emballant. Si tu veux vraiment comprendre la signification du terme « echte Liebe », c’est sans doute en allant voir un match de notre Nachwuchs que tu en auras l’expression la plus authentique, la passion des mecs est juste incroyable.

Rien à signaler

Malheureusement, le jeu n’a pas été à la hauteur de l’ambiance. Nos Jungs paraissent fatigués après ce premier tour marathon de Regionalliga. Cela manque de rythme, d’idées, d’inspiration et Schalke, malgré son classement peu flatteur, parvient assez facilement à contenir les assauts désordonnés de nos Jungs. Finalement, on dira que nos U23 ont reproduit le jeu trop souvent déploré de notre première équipe avec une possession de balle stérile et sans grand danger devant le but adverse. Avant la pause, ce sont mêmes les Blauen, renforcés par l’ancien international Sidney Sam, qui se montrent les plus dangereux avec une ou deux tentatives qui passent de peu à côté des buts de nos Jungs. Heureusement, un bar a été installé un milieu de la tribune debout du Rote Erde et nous pouvons agrémenter notre après-midi de quelques délicieuses Brinkhoff’s, histoire d’oublier les Mineralwasser de Sinsheim la veille.

Félicitations !

Après la pause, nos Jungs se montreront un peu plus pressants. Il y aura quelques frissons, notamment sur un cafouillage à une dizaine de minutes de la fin qui aurait très bien pu finir sa course au fond des filets. Mais, globalement, c’était trop poussif pour prétendre à la victoire, malgré une pression grandissante sur la fin et une grosse frustration de notre entraîneur Daniel Farke contre l’arbitre qui n’a pas ajouté la moindre seconde d’arrêts de jeu. Lui aussi semble adopter les méthodes de Thomas Tuchel… Mais honnêtement, sur ce qu’ils ont montré, nos Jungs ne méritaient pas vraiment la victoire et on repart frustrés, comme avec les Profis, après un 0-0 dans un Derby où il ne s’est pas passé grand-chose.

 Cette fin en demi-teinte ne doit pas occulter le magnifique parcours réussi par notre deuxième équipe dans une Regionalliga West particulièrement relevée avec la présence de plusieurs anciens pensionnaires ambitieux de Bundesliga comme Oberhausen, Wattenscheid, Aachen, Essen ou Wuppertal. Avec quatre points de retard sur le leader Mönchengladbach II et un seul sur le deuxième, Viktoria Köln, mais un match à rattraper à Siegen, nos Jungs sont toujours en course pour la promotion. On espère qu’au printemps, nos U23 joueront un peu moins souvent en même temps que nos Profis pour nous permettre d’aller leur apporter un peu plus souvent notre soutien. En tous les cas, après le coup de sifflet final, le peuple du Rote Erde ne s’y est pas trompé et a réservé une ovation méritée à nos Jungs. Echte Liebe !

About the author

Julien Mouquin

Un jour, je suis passé devant le Westfalenstadion, j'ai vu de la lumière et j'y suis entré. Depuis, je n'en suis jamais vraiment sorti.

Leave a Comment

Lire les articles précédents :
[TSG Hoffenheim 1899 – BVB] Et s’il s’était passé quelque chose ?

D’un strict point de vue comptable, ces deux nouveaux points perdus en déplacement constituent une mauvaise opération pour le BVB....

Fermer