Le gentil BVB a battu le grand méchant loup de Leipzig, selon un fan traditionaliste. Le grand méchant Dortmund a battu le pauvre petit et sans défense Leipzig, selon les médias. Même si le BVB a fait le nécessaire samedi sur le terrain, les regards se sont malheureusement focalisés sur d’autres (tristes) aspects du football. D’un coté, celui de la violence et de la haine. De l’autre, celui du foot business et de la désinformation des médias. Retour sur les deux derniers match du BVB en forme de billet d’humeur.

BV Borussia 09 – Leipzig 1-0

Le match

Après la prestation laborieuse à Mainz, le BVB, et principalement son entraîneur, n’avaient pas le droit à l’erreur pour éviter la colère du Westfalenstadion. La leçon a apparemment vite été comprise car les joueurs sont venu applaudir la Südtribüne juste avant le match. On croyait rêver, mais c’était bien réel ! Le match commence sous un concert de sifflet lors de la première possession des Bullen. Je comprends tout de suite pourquoi Timo « l’hirondelle » Werner a prétexté une grippe pour se défiler, comme on le faisait à l’école pour louper un examen ou comme le faisait notre ancien capitaine Christoph Metzelder pour éviter de revenir au Westfalenstadion avec le maillot de Schalke. Alors qu’il vient de sortir de ses séances de psy dû à sa santé mentale fragile après les critiques pour sa simulation scandaleuse, ça aurait été bête qu’il y retourne directement.

Après un tacle d’anthologie de Sokratis, ce dernier se relève et chauffe le public borussen tel un guerrier qui a remporté la bataille. C’est ça qui manque et qu’on veut voir depuis le départ de Klopp ! La presque totalité du 11 est revenu avec de meilleures intentions. Le BVB ouvre le score après un magnifique grand pont de Dembélé qui centre précisément sur Aubameyang, lequel n’a plus qu’à la mettre au fond. Toutefois, le BVB s’endort en deuxième mi-temps. Leipzig égalise dans les arrêts de jeu. Tellement prévisible. Heureusement, l’arbitre assistant avait levé son drapeau suite à une position de hors-jeu au millimètre. Même si les trois points constituent un grand soulagement, il y a encore beaucoup de travail au vu de la deuxième mi-temps. Tuchel doit impérativement changer son système, dans lequel Götze, Durm, Merino, Kagawa n’ont pas de place définie et où Guerreiro et Castro ne jouent pas à leurs postes.

© Deutschland sagt Nein zu RB Leipzig / page Facebook

Ces choses qui détruisent la Fankultur

Le BVB a fait le nécessaire sur le terrain. Mais comme dit dans l’introduction, il y a parfois des choses plus importante que le football. On ne va pas refaire les theories de « pourquoi il faut haïr le Rasenballsport Leipzig » ou « pourquoi les défenseur de la Fankulur détestent ce club ». Pour cela, il suffit de relire notre série de cinq articles à ce sujet.

Mais la violence n’était sans aucun doute pas le meilleur moyen de lutter contre le projet du géant autrichien. Les fans de Leipzig ne sont pas vraiment responsables de la situation. Il s’agit juste de simples moutons et clients du club, ou tout simplement des fans en manque de sensations. De plus, le public venu ce jour-là de Saxe était en partie composé de familles avec des enfants, qui ont également été touché par les projectiles. Ces actions, en plus d’être inadmissibles et contraires aux valeurs du Borussia, sont la meilleure pub possible pour la firme de boisson énergisante. En effet, la presse allemande n’hésite pas à relater massivement des événements pareil. Les patrons du géant autrichien doivent déjà s’en frotter les doigts.

Et il y le problème des banderoles. Bien que ce soit une idée originale de protester en remplissant la tribune de banderoles, ce qui fait partie de la liberté d’expression et la plupart étaient drôles et/ou pertinentes, certaines de celles affichées samedi dépassaient les limite. On n’incite pas quelqu’un à se suicider, quelque puisse être la piètre opinion et les contentieux déjà anciens que nous entretenons avec Ralf Rangnick.

Ce qui s’est passé aux alentours du Westfalenstadion est juste inadmissible et les responsables devraient être bannis de toute activité en lien avec le Borussia Dortmund.

© focus.de

Le pouvoir des médias

Ces événements sont certes inacceptables et il n’y a aucune excuse valable. Cependant, ces derniers ont été totalement déformés par les médias. C’est maintenant connu de tout le monde que le projet de Leipzig est aujourd’hui vanté par les médias, alors qu’ils le critiquaient lors de sa création (cf « Der Westen »). Ces médias n’ont pas hésité à descendre la BVB et ses supporters à coup de manipulation, sans avoir le moindre avis neutre ni le moindre recul.

Sur la page de titre d’un célèbre journal à scandale allemand, il a été écrit « Fan-scandale à Dortmund : des ultras de football s’attaque à des enfants leipzigeois ». Le même journal a écrit sur son site internet « Leipzig perd le match, Dortmund son honneur ». Une chaîne de télé sportive lance alors sur son site « Après les attaques hooligan : le Leipzigeois Jürgen Zielinski exige la démission de Watzke ». Il a aussi été parlé de « Mur de la honte » en référence à notre cher Gelbe Wand, alors que les incidents se sont produits du côté nord du stade et à un moment où la plupart des fidèles occupaient déjà leur place habituelle dans ledit mur.

Les informations sont bien sûr arrivées jusqu’en France, où Sofoot à écrit ce papier. L’Equipe a également mis en cause le « président » Watzke. Ah et Reinhard Rauball, il est vendeur de Currywurst ? Quand on attaque quelqu’un, la moindre des choses serait de connaître sa fonction. Depuis, beaucoup de francophone s’étonnent sur les réseau sociaux du comportement du BVB et de ses « fans exemplaires ». Non, la violence est présente depuis près de 40 ans au Westfalenstadion et en Allemagne, rien de nouveau. De plus, l’auteur de l’article de Sofoot relate que « Depuis sa création (du Rasenballsport Leipzig), les actions contre lui ont baissé en intensité année après année », ce qui est totalement faux ! Elles ont justement augmenté et n’ont jamais été aussi fortes. Un célèbre proverbe allemand dit que « Quand on a aucune idée, c’est mieux de fermer sa gu… ».

Pour revenir aux médias allemands, il n’y a clairement pas eu d’avis neutres. Pour avoir vu passer le cortège des visiteurs de près (cinq minutes avant les incidents à la Strobelallee), je peux clairement dire que ce ne sont pas des anges non plus. Ils ont presque tous joué la provocation, même les plus jeune d’entre eux. Certains ont même essayé d’en découdre avec les Borussen qui assistaient au spectacle, avant de se faire retenir par d’autre fans plus intelligents. Uwe, fan du BVB, a témoigné ce qu’il a vu pas le biais d’un message Facebook :

« Mon vécu hier à la Strobelalle: je suis arrivé en même temps que deux grands cortèges de fans de la fabrique de canette ! Le long du chemin entre l’arrêt de métro et la Strobelallee, ces gens insultaient et offensaient aussi bien le BVB et les fans de Dortmund haut et fort. Évidemment, à droite et à gauche de la Strobelallee jusqu’à l’entrée Nord se trouvaient 1000 partisans de Dortmund. La situation a dégénéré quand les fans de canette n’ont pas arrêté avec leurs provocations purement offensantes. Leur deuxième cortège a poussé par derrière et était mené par des hommes masqué et soudé, à qui l’envie d’en découdre était clairement reconnaissable (nous avons aussi vu les deux cortèges, le deuxième étant particulièrement agressif, ndlr). Pourquoi ni les médias, ni la police n’en ont parlé ? La police n’était elle même pas vraiment à son affaire et elle venait donner des coups complètement arbitraires sur tout homme, qu’il ait participé à la violence ou non.
Pour que ce soit claire: je suis contre toute violence, aussi dans ce cas (haine générale contre Leipzig, ndlr). Toutefois, les gens de Leipzig doivent aussi porter la responsabilité pour les conséquences, car ils ont provoqué et offensé en masse ! Et si maintenant ils endossent, avec l’aide des médias et de la police, un « rôle agréable de victime », ce n’est malheureusement pas toute la vérité ! 
Je suis consterné par ces fausses informations et j’ai des doutes que cela ait véritablement été relaté objectivement. Comme je l’ai déjà dit: Ce n’est pas une justifications pour les actions de violence ou les réactions !! Mais la couverture médiatique de l’événement, extrêmement partiale et faussée, n’est pas de l’information objective. »

Le comportement des fans de Leipzig, personne n’en parle. Il y a beaucoup de chose qui ont été dites dans les médias, mais nous nous abstiendrons de les commenter davantage, car je ne les ai personnellement pas toutes lues et je ne souhaite pas les lire. Bien que nous condamnons fermement les actes de violence de la part des plus illuminés de nos Ultras, nous avons PAS la moindre solidarité avec le Rasenballsport Leipzig ! Le sujet est maintenant clos !

© Deutschland sagt Nein zu RB Leipzig / page Facebook

Borussia Dortmund – Hertha BSC 1-1 (4-3)

Avec tout ces événements, il aura été difficile de trouver la motivation pour écrire. C’est pour cela que le résumé du match contre le Hertha ne fait qu’un seul paragraphe.

Lors de l’entré des joueurs, beaucoup de pancarte ainsi que plusieurs banderoles « Je suis contre la violence » étaient affichée par les fans dans tout le stade. Tuchel a aligné la même équipe que samedi. PARDON ? Oui. MIRACLE ! Aurait-il enfin compris que tourner c’est bien, mais qu’il faut aussi travailler sur la continuité ? On l’espère ! Après que le Hertha eût ouvert le score, un débordement éclate devant le bloc visiteurs. Certains supporters de la capitale sautent du parcage pour des raisons inconnues. Intervention de la police. Décidément, un jour où nous luttons contre la violence… Le BVB égalise juste après l’heure du thé par Reus, sur un bon travail préparatoire de Dembélé et Pulisic. La suite, tout le monde la connait. Le Borussia loupe des montagnes, ce qui nous condamna à une séance de « Elfmeter ». Cette séance va être difficile à commenter, car elle est incompréhensible. Pour faire court, Burki a stoppé deux fois la balle, mais les deux fois elle a fini au fond quand même. Malgré cela, le BVB se hisse en 1/4 de finale et on se réjouit déjà du déplacement à Lotte !

Alexandre Fatton

© Schwatzgelb.de / page Facebook

À propos de l'auteur

Alexandre Fatton

"Être supporter du Borussia Dortmund, Ça se mérite. Il faut avoir une histoire à raconter. Tu ne le deviens pas du jour au lendemain."

Laissez un commentaire

Lire les articles précédents :
VfL Osnabrück vs. SC Preussen Münster – Le Derby de tous les dangers

Le week-end dernier, en apéritif avant Mainz – BVB, nous nous sommes autorisés une petite escapade à une centaine kilomètres...

Fermer